Etat de la population mondiale : Le rapport 2019 appelle à la concrétisation des droits de la Femme

Remis solennellement aux autorités camerounaises ce 7 mai 2019 à Yaoundé, le document, réitère le point d’orgue du mouvement mondial visant à permettre aux femmes de faire de vrais choix de vie.

Photo de famille à l’issue de la cérémonie de lancement du rapport sur l’état de la population

 

Faire d’elles « Une tâche inachevée : la poursuite des droits et des choix pour tous ».  Prononcée en boucle ce 7 mai 2019 à Yaoundé,   la phrase en dit long sur la position du Fonds des Nations unies pour la population (FNUAP) en matière d’évolutions et tendances de la population mondiale et de la démographie dans le monde. Le rapport 2019 sur l’état de la population mondiale que cette institution remet officiellement ce jour au gouvernement camerounais montre que de nombreux progrès ont été accomplis, mais fait aussi savoir qu’il reste encore beaucoup à faire avant que toutes les femmes et les filles soient en mesure d’exercer leurs droits.

En mettant un point d’honneur sur cette catégorie sociale, le document valide que depuis les années 1960, le mouvement de lutte pour les droits reproductifs a transformé la vie de centaines de millions de femmes, en leur permettant de contrôler leur propre corps et de façonner elles-mêmes leur avenir.  Tout au long de cette lutte pour l’acquisition de ces droits et de ces choix en matière de santé sexuelle et reproductive, les femmes et les filles se sont heurtées à des obstacles sociaux et économiques (exclusion sociale, sous-scolarisation et mariages précoces).

Rétro

« Il y a cinquante ans, il était difficile pour les femmes de se procurer un moyen de contraception, et le risque de mourir en couches était relativement élevé. De nombreuses femmes se trouvaient dans l’impossibilité de choisir leur conjoint, le moment de leur mariage, si elles voulaient des enfants, et à quel moment. Le point d’orgue du mouvement mondial visant à permettre aux femmes de faire de vrais choix de vie a été la Conférence internationale sur la population et le développement (Cipd), en 1994, au cours de laquelle les liens entre l’autonomisation des femmes, la santé et les droits en matière de sexualité et de procréation et le développement durable ont été unanimement reconnus », rappelle Siti Batoul Oussein

Actions

Selon la  représentante du FNUAP au Cameroun, le combat est loin de s’achever.  Conçue par le FNUAP et les gouvernements des pays, la feuille de route est connue. « Nous devons accorder une attention à la dynamique démographique, identifier les divers défis auxquels font face les différents pays à certaines étapes de développement, et mettre en oeuvre des politiques et des programmes respectant et appliquant les droits de l’homme et la dignité de tous les individus», explique Siti Batoul Oussein.

remise du rapport FNUAP 2019

 

Pour le Cameroun, l’enjeu du lancement du rapport sur l’état de la population mondiale au Cameroun est son appropriation par le gouvernement. Selon Paul Tasong, « le gouvernement camerounais comprend bien  cet enjeu ». Et le ministre délégué auprès du ministre de l’Economie, de la Planification et de l’Aménagement du territoire, chargé de la Planification d’ajouter : « Sur la voie de son émergence en 2035, le Cameroun s’engage à faire avancer la cause de la démographie rationnelle à travers la divulgation des concepts capables de donner la force aux femmes de faire des choix éclairés et de réaliser le développement durable. Il s’engage à redoubler d’efforts pour atteindre les cibles de zéro décès maternel évitable, zéro besoin en planification familial non satisfait et zéro violence sexiste ».

Jean-René Meva’a Amougou

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *