Entrepreneuriat : Wilfried Abouem, un jeune qui ose

Ingénieur polytechnicien à la base, aujourd’hui expert en système de sécurité et intégrateur de solutions, il a mis sur pied « Lycan Technologie », une société spécialisée dans la sécurité des biens et des personnes.

Wilfried Abouem. 35ans, épouse d’ores et déjà son ambition de réécrire l’histoire de la sécurité informatique au Cameroun et dans le reste du monde. Seulement, il semble être habité par une vision, et surtout obnubilé par la réussite. Après ses études secondaires au Collège Sainte Thérèse de Mva’a, il décroche une bourse académique pour Tunis, la capitale tunisienne, où il va suivre une formation en cycle d’ingénieur de système et sécurité informatique. Quelques années plus tard, il retourne au bercail. Diplôme d’ingénieur en poche, il ne va pas se coucher sur ses lauriers.

L’esprit entrepreneurial qui l’envoûte depuis l’enfance, son patriotisme et l’expérience acquise en Afrique du Nord vont exciter la détermination de ce natif de Malabo, dans le département du Mbam et Inoubou, région du Centre. C’est ainsi qu’en 2012, son rêve devient réalité, lorsqu’il décide de faire irruption dans la sécurité informatique. La société «Lycan Technologie» dont il en est le propriétaire voit ainsi le jour, et installe ses locaux au quartier Biyem-Assi à Yaoundé.

Désormais, le jeune entrepreneur rêve d’un grand et fructueux avenir, bien que ce domaine intéresse encore peu de Camerounais, «Lycan Techonologie est spécialisée dans l’intégrateur de solutions informatiques et électroniques. Donc, nous avons des capacités à apporter des solutions pratiques sur le plan technique aux populations. Nous leur proposons par exemple des détecteurs de métaux, des appareils de sécurité incendie, des alarmes, des balises de géolocalisation, des pointeuses biométriques, des caméras de vidéosurveillance, dont vous pouvez d’ailleurs vous procurer dans nos locaux, à partir de dix mille francs CFA seulement».

Bulldozer
Comme un éléphant dans une boutique de porcelaine, il bouscule les habitudes, déborde des limites établies, et casse tous les codes pour se hisser au sommet. Ainsi, «Lycan Technologie» s’impose par la qualité de ses offres et services, aussi fulgurants les uns que les autres, et conserve les commandes en matière de sécurité informatique. De la sécurité des bâtiments, en passant par les systèmes informatiques, réseaux et télécommunications, «Lycan Technologie» ne laisse rien sur son passage. Des actions et bien d’autres qui permettent à celui qui dirige la barque «Lycan Technologie» depuis 2012, de construire un parcours inégalé dans l’univers entrepreneurial africain.

Chaque année qui passe est une occasion pour lui de faire ressentir à la nation que les choses changent positivement, et de manière directe au sein de son entreprise et surtout, elles s’adaptent à l’actualité du monde. Une actualité qui, depuis le mois de mars 2020, est marquée par la pandémie du coronavirus. Pour apporter sa pierre à l’édifice, le promoteur de «Lycan Technologie», en collaboration avec ses partenaires étrangers, a mis sur pied une solution de mesure de température, adaptée à de multiples entrées et sorties, à l’instar des campus, transports publics, locaux à bureaux etc. «Il s’agit d’un dispositif connecté à un enregistreur vidéo réseau Lycan NVR, qui intègre la détection des masques NAV AI, qui devient ainsi une solution intelligente automatique à guichet unique. Nous n’avons pas encore de concurrent sur cette nouvelle offre avec le logiciel double température». Un service dont certaines structures publiques et privées ont déjà bénéficié.

Foi
Contre vents et marrées, le jeune entrepreneur stoïque reste droit dans ses bottes et se projette vers de nouveaux horizons et de nouveaux défis. À ce jour, il emploie dix-sept (17) autres Camerounais dans sa structure. Un acte qui vise à répondre à l’appel lancé aux jeunes par le chef de l’État Paul Biya, qui ne cesse de les encourager à oser, et à investir dans l’entrepreneuriat. Ce qui contribuera ainsi à réduire le taux de chômage au Cameroun.

Issu d’une fratrie de onze (11), Wilfried Abouem a aussi exercé de petits métiers pour atteindre son objectif. Encore, qu’il n’a pas croisé les bras pour attendre tout du gouvernement. À l’endroit de tous les autres jeunes comme lui, son message est clair, «le monde est divisé en deux catégories. Ceux qui sont faits pour faire, et ceux qui sont faits pour subir. Moi je fais partie de ceux qui font ; et pour faire partie de ceux qui font, il faut s’affirmer, créer pour s’auto employer car, l’entrepreneuriat est l’une des meilleures sources de richesse».

Le jeune entrepreneur âgé de 35 ans a fait beaucoup d’émules. Ce qui constitue un bonus pour le Cameroun et son économie. À travers son expertise dans la sécurité et systèmes informatiques, Wilfried Abouem entend prouver au monde entier que le Cameroun est grand, et compte des jeunes dignes et valeureux, capables de faire valoir leur savoir-faire dans des domaines pointus. Très belle manière de donner une résonnance aux discours du Président Paul Biya, lors de ses multiples adresses à la jeunesse camerounaise.

Par Landry Ndzanga (Correspondance particulière)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Content is protected !!