Enam : Vices repetita

Cette année encore, l’embrouillamini est au rendez-vous de la publication des résultats définitifs du concours d’entrée.

 

 

Campus de l’Enam à Yaoundé

Donnons acte à Joseph Anderson Le. Le 8 septembre 2019, le ministre de la Fonction publique et de la Réforme administrative (Minfopra) a choisi de jouer délibérément la carte de l’«apaisement» suite à l’imbroglio relatif à la publication des listes des candidats définitivement admis au concours d’entrée à l’Ecole nationale d’administration et de magistrature (Enam), session 2019. «Les vérifications effectuées ont permis de confirmer l’admission définitive des intéressés auxdits concours et d’établir que la présence des mêmes noms sur les listes d’attente ne relève que d’une malencontreuse erreur matérielle», explique le ministre. Il indique que des arrêtés modificatifs visant à corriger ces erreurs ont été signés le 8 septembre par le Minfopra.

Si elle ne cache pas autre chose, l’intention ministérielle est louable. En même temps, ses explications n’arrivent pas à faire mouche auprès de l’opinion publique. Dès la publication officielle des résultats, celle-ci a vite fait de remarquer que certains candidats sont à la fois déclarés définitivement admis et sur les listes d’attente. L’on note qu’on a par exemple, une certaine Ndingha Koryn Kuttem, 4eme sur la liste des admissions, est en même temps 4ème sur la liste d’attente. Une autre lauréate, Ndialle Vanessa Eboh, 22ème sur la liste des admissions est également 2ème sur la liste d’attente. Le candidat Youmbi Wenguela Hermann est 5ème sur la liste des admissions mais également 3ème sur la liste d’attente. Quant à Mboule Ekane Christel Nadège, elle est major sur la liste des admissions mais aussi 3èmesur la liste d’attente. Ashua Singoue Véronique, elle, est 30ème sur la liste des admissions mais aussi 2ème sur la liste d’attente.

Il n’y a pas eu tripatouillage

Voilà qui fait rire certains à gorge déployée ; eux qui ont encore en mémoire quelques récents méli-mélodrames. À la session 2017 de l’Ecole du même concours, Milsaints Claude Ndjomo à été reçu dans la filière administration des affaires sociales (cycle A), alors même qu’il n’a pas passé les épreuves orales. Il est décédé le 9 octobre et a été enterré le 11 novembre 2017, quelques jours avant les épreuves orales. Alors Premier ministre, Philemon Yang avait prescrit une commission d’enquête pour comprendre comment le nom d’un mort avait pu se retrouver sur la liste définitive des admis dans cette grande école.
À la session 2016, deux listes des candidats admissibles avaient été publiées sur le site web de l’Enam en moins de 254 heures. Cette fois-là, aucune explication.

À la suite des incongruités dans la gestion des résultats du concours d’entrée dans la même institution. Paul Biya signait un décret le 9 avril 2018 ; Celui-ci définissait la durée du mandat à la tête de l’Enam et les conditions de la suspension temporaire du directeur général par le Conseil d’administration. À la base, la tutelle reprochait au Dg de l’époque, Linus Toussaint Mendjana, d’avoir publié les résultats définitifs du concours, en lieu et place de l’ex-ministre, Michel Ange Angoing. Autre grief, sur les listes définitives, apparaissait le nom d’une candidate qui n’a jamais été déclarée admise par le jury.

Ongoung Zong Bella

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *