ENTREPRISEPANORAMA

En plus d’un lien ombilical et tutélaire : Minfi et Cdec liés par une convention

Elle fixe les modalités de gestion des opérations entre les deux institutions. Louis Paul Motaze et Richard Evina Obam l’ont signée ce 15 décembre 2023 au siège à Yaoundé de la Caisse des dépôts et consignations.

Une autre onction du gouvernement en faveur de la Cdec

Le calendrier de l’opérationnalisation de la Caisse des dépôts et consignations (CDEC) a connu plusieurs accélérations ces dernières semaines. La dernière en date est la signature le 15 décembre dernier à son siège à Yaoundé, d’une convention. Elle fixe les modalités de gestion des opérations entre le ministère des Finances (Minfi) et la Cdec. «Bien plus qu’une simple collaboration, il s’agit davantage d’un lien ombilical, consacré par la relation tutélaire qui unit ces deux structures», souligne le Minfi, Louis Paul Motaze. Considération faite de ce que «cette convention permettra aux préposés de la Cdec, comptables relevant du Trésor public, de travailler pour le compte de la Caisse des dépôts et consignations, en recevant les dépôts, les retraits, les consignations, ainsi que les déconsignations», explique à sa suite Richard Evina Obam. Et le directeur général de la Cdec d’ajouter: «c’est donc une convention qui vise à préciser le rôle de chaque acteur, conformément au décret de 2011 du président de la République».

Main dans la main
«C’est l’occasion pour moi d’inviter la direction générale de la Cdec et chacune des directions générales du Minfi, à travailler main dans la main pour l’accomplissement des missions et l’atteinte des objectifs assignés par le gouvernement à la Cdec», prescrit Louis Paul Motaze. La direction générale du Trésor et de la Coopération financière et monétaire (DGTCFM) est particulièrement concernée. Elle est «en première ligne des opérations visées par la présente convention», rappelle le Minfi.

Sylvester Moh Tangongho, son directeur général et par ailleurs président du Conseil d’administration de la Cdec est présent au moment de la signature. Il a reçu instruction du membre du gouvernement «de moderniser l’infrastructure technique et même les processus de management de son institution, pour répondre à l’exigence de qualité de service qui est propre aux institutions telles que la Caisse des dépôts et consignations». Toujours selon les consignes de Louis Paul Motaze, «le Trésor devra également mettre à disposition un personnel de qualité, trié sur le volet, et capable de s’adapter et de délivrer les services que lui concède la Cdec, selon les standards requis par la présente convention». Le tout de manière à ce que «le service public de dépôts et consignations puisse s’opérer sur tout le territoire national. Étant donné que pour le moment, la Cdec opére seulement dans son siège social».

Continuité
La Cdec bénéficie depuis sa création de la collaboration du Minfi. Aussi bien «dans sa mise en place, que ce soit en termes de moyens mis à disposition, qu’au plan de l’expertise technique, notamment dans le cadre des travaux de l’équipe projet mise en place par le DG de la Cdec». Louis Paul Motaze l’a rappelé pour se féliciter de que «c’est donc cette collaboration, entre le Minfi et la Cdec, qui se poursuit et se renforce à travers la signature de la convention».

Il s’agit en clair d’un pas de plus dans le lancement de la phase active du recouvrement des fonds et valeurs. Les personnes et entités assujetties à cette obligation ont depuis le 1er décembre dernier un délai strict de six mois pour le faire. En application du décret y relatif du Premier ministre, Joseph Dion Ngute. Le rôle du Caissier général ayant déjà été précisé par deux arrêtés du Minfi. La cérémonie de signature s’est achevée par une visite guidée du bâtiment siège de la Cdec à Yaoundé. La dotation date du 21 août dernier.

Théodore Ayissi Ayissi

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *