Electricité: Course contre la montre à Sonatrel

L’entreprise publique a un mois pour prendre en main le segment du transport jusqu’ici dévolu à Eneo.

La Sonatrel a un mois en main le segment du transport.

Juridiquement c’est acté. Le 27 avril dernier, l’Etat du Cameroun a concédé à la Société nationale de transport d’électricité (Sonatrel) le transport et la gestion des réseaux de transport d’électricité. Les contrats de concessions ont été signés pour le compte de l’Etat par le ministre de l’Eau et de l’Energie (Minee), Gaston Eloundou Essomba, et pour la Sonatrel par son directeur général, Victor Mbemi Nyanga. Mais en pratique, c’est toujours Eneo, détenu à 51% par le fonds d’investissement britannique Actis, qui gère ce segment en plus de ses concessions de distribution et production.

Le gouvernement souhaite que cette période transitoire soit brève. Le Minee «encourage» donc la Sonatrel à «poursuivre toutes les autres diligences qui concourent à un démarrage effectif de ses fonctions au 1er juin». Au sein du personnel de la nouvelle société publique de transport, cette prescription sonne comme une mission impossible. En effet, pour que la Sonatrel soit opérationnelle, plusieurs questions doivent encore être réglées.

Il faut finaliser les négociations de nouveaux contrats d’accès au réseau de transport «avec tous les utilisateurs identifiés». En plus, «d’autres documents bien importants reste encore à produire ou à négocier» indique le Minee sans donner plus de précisions.

Des sources proches du dossier évoquent notamment la mise à disposition par Eneo des données sur la gestion physique, comptable et financière des biens et droits immobiliers du segment du transport et la signature des contrats de travail entre l’entreprise public et le personnel de la direction des transports de l’ancien concessionnaire.

Aussi, Gaston Eloundou Essomba, engage-t-il «tous les acteurs qui accompagnent ce processus depuis le début, de ne ménager aucun effort, pour que dans une période transitoire d’un mois, tout soit fin prêt pour que cette jeune société remplisse de manière autonome mais efficace, ses fonctions de transport et de dispatch».

Résultats

Pour assurer un meilleur suivi des réalisations de la Sonatrel sur les plans technique, environnemental et social, des contrats de performance ont été annexés aux deux contrats de concession signés 27 avril dernier.

Selon ces documents, les résultats attendues à moyen terme, notamment à l’horizon 2022-2023, sont entre autres: l’amélioration de la capacité de transit du réseau de transport; la réduction des pertes sur le réseau de transport ; la réduction du nombre d’heure de coupure d’électricités liées à des dysfonctionnements dans le système de transport et l’amélioration de la stabilité du système de transport de l’électricité.

«L’opérationnalisation de la Sonatrel est bien précieuse pour nous, dans le cadre de notre objectif stratégique de séparation des segments production, transport et distribution, induite par la volonté d’être plus efficace et plus efficient», explique le Minee.

Un objectif prescrit par la loi du 14 décembre 2011 régissant le secteur de l’électricité. En son article 23, le texte institue «une société à capital public, gestionnaire du réseau de transport de l’électricité dont les missions, l’organisation et les modalités de fonctionnement sont fixées par décret du président de la République».

Aboudi Ottou

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Content is protected !!