Développement des TIC: l’Afrique centrale à la traine

Indicateurs

Très attendu chaque année, le ranking mondial de l’Union internationale des télécommunications (UIT) basé sur l’Indice de développement des technologies de l’information et de la communication (TIC) (ICT Development Index ʺIDIʺ) a livré son lot de performances et de contreperformances.

L’Afrique centrale côtoie les abimes du classement mondial et africain. Seuls le Gabon et Sao Tomé, respectivement 6ème et 10ème, intègrent le top 15 de l’Afrique. Selon les auteurs du rapport, les facteurs de l’amélioration de la note gabonaise sont principalement le progrès du taux d’accès à internet (23,5% en 2016 à 48% en 2017). Ceci dû à la baisse des prix d’accès, à la vulgarisation de la 3G/4G et aux réseaux construits de fibre optique sur le territoire.

Dans une étude publiée par la Banque mondiale, l’augmentation de 10% du taux de pénétration de l’internet apporte une augmentation de 0,8% du PIB du pays. En Afrique généralement, l’île Maurice tient son leadership au 72ème rang mondial. Il est suivi des Seychelles (90ème) et l’Afrique du Sud (92ème). Au niveau mondial, l’Islande est en tête des classements IDI suivie par deux pays d’Asie et du Pacifique et de six autres pays d’Europe qui ont des marchés des TIC compétitifs et dont les niveaux d’investissement dans les TIC et l’innovation sont restés considérables.

Dans cette neuvième édition de son rapport annuel intitulé «Mesurer la société de l’information 2017», l’UIT observe des avancées significatives dans les domaines de l’Internet des objets (IoT), de l’analyse des données volumineuses, du cloud computing et de l’intelligence artificielle (AI). Des technologies qui permettront d’innover et de transformer fondamentalement les entreprises, les gouvernements et la société.

ZRM

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *