Développement local : 87,8 milliards FCFA pour l’électrification rurale

C’est le montant mobilisé auprès de la Banque mondiale pour connecter plus de 400 localités au réseau électrique au Cameroun.

L’électrification rurale tous azimuts.

Dans le cadre de sa coopération avec la Banque mondiale, l’État camerounais vient de bénéficier d’un nouvel appui financier. L’accord de crédit y relatif a été signé le 12 juin 2020 entre Alamine Ousmane Mey, ministre de l’Économie, de la Planification et de l’Aménagement du Territoire (Minepat) et Ibrah Sanoussi, représentant du directeur des opérations de la Banque mondiale au Cameroun. D’un montant de 150 millions de dollars US, soit environ 87,8 milliards FCFA, il rentre dans le cadre du financement du Projet d’électrification rurale et d’accès à l’électricité dans les régions sous-desservies (PERACE).

Objectifs
Selon le Minepat, le projet se décline en plusieurs axes. Il vise à «élargir les infrastructures dans les zones rurales sous-desservies par la construction de près de 7389 km d’infrastructures de transport», à «connecter plus de 400 localités au réseau électrique» et «à connecter plus de 200 000 ménages à ce réseau électrique, permettant ainsi à plus d’un million de personnes de bénéficier de l’énergie électrique». Pour le cas des localités concernées par les projets ne bénéficiant pas des conditions favorables à l’implantation du réseau électrique, des mesures ont été prises. Dans ces zones, «il est envisagé la construction des unités de production sur la base de l’énergie solaire d’une capacité de 3 mégawatts chacune» a rassuré Alamine Mey.

Bénéfices
Le projet profitera au Cameroun à divers niveaux. À en croire Ibrah Sanoussi, «sa mise en œuvre va permettre un accroissement du taux d’accès à l’électricité de 7,46%». Ce n’est pas tout. Le Perface va également aider le gouvernement à faire plus d’économies en ce qui concerne les dépenses énergétiques. D’après le Minepat, «l’État du Cameroun bénéficiera de l’hybridation de certaines infrastructures qui aujourd’hui utilisent du fuel qui coute cher à l’État. À travers cette hybridation, nous pouvons donc réduire les couts et alléger la charge sur le Trésor public», a-t-il déclaré au sortir de la signature dudit accord. De plus, le Perface va permettre la création d’un fonds renouvelable destiné à supporter les couts initiaux de raccordement des ménages dans les localités électrifiées ainsi que dans celles à électrifier par ce projet. En somme, ce projet va concourir à l’amélioration des services sociaux de base et donc, des conditions de vie des populations.

Le projet
Le Perface, dont la durée de mise en œuvre est de 5 ans, cible 6 régions du Cameroun. Il s’agit de l’Extrême-Nord, du Nord, de l’Adamaoua, du Nord-Ouest, du Sud-Ouest et de l’Est.
Il concourt ainsi à la mise en œuvre du Plan de développement du secteur de l’électricité adopté par le gouvernement.

Joseph Julien Ondoua Owona, stagiaire

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *