INTÉGRATION CONTINENTALEUncategorized

Deuxième programme de projets intégrateurs : avant Paris, l’escale centrafricaine du Pref-Cemac

Audience avec le président en exercice de la Cemac et consultations auprès de la Bdeac et de la Banque mondiale ont structuré la visite de travail effectuée la semaine dernière par son secrétaire permanent. En lien avec la préparation de la prochaine table-ronde des investisseurs dans la capitale française.

L’avenir de l’intégration en zone Cemac s’est joué à Bangui

Les 28 et 29 novembre 2023. Deux dates déjà inscrites au marqueur dans l’agenda du secrétaire permanent du Programme des réformes économiques et financières de la Cemac (Pref-Cemac). Autant que Paris, la capitale française où doit de nouveau se tenir la table – ronde des investisseurs intéressés par le financement du deuxième portefeuille de projets intégrateurs de la sous-région. Le Pr Michel-Cyr Djiena Wembou ne cesse en effet sur la base de ces deux éléments déjà connus de multiplier les déplacements dans la perspective de l’organisation de cet important événement. Le cas encore du 7 au 9 septembre 2023 où ses consultations l’ont mené en terre centrafricaine. Une visite de travail de plusieurs jours dont le point d’orgue aura été l’audience avec le président Faustin Archange Touadéra, président en exercice de la Cemac.

«J’ai eu à recueillir les très hautes orientations de Monsieur le président de la République, ses directives et ses conseils sur l’organisation, mais aussi les résultats attendus de la table ronde qui se déroulera à Paris en novembre prochain». Au chapitre des instructions, le secrétaire permanent du Pref-Cemac dit avoir été interpellé «un, sur les démarches à entreprendre; et deux, sur les types de financements à rechercher. C’est-à-dire d’abord les ressources concessionnelles, le mix de projets et enfin les dons», a-t-il déclaré au sortir de l’audience. Des directives lui ont par ailleurs été données «sur le type de partenaires à approcher», assure le responsable communautaire.
BDEAC et Banque mondiale

La visite de travail du Pr Michel-Cyr Djiena Wembou est aussi marquée par des consultations avec des responsables de la Banque de développement des États de l’Afrique centrale (Bdeac) et de la Banque mondiale. Leur assistance et leur appui technique et financier devraient peser lourd dans la balance.

Grande mobilisation
Le deuxième programme de projets intégrateurs a déjà le mérite de mobiliser toute le Communauté. En grande partie en raison des attentes, mais aussi au vu de l’impact important que la première version a eu. Une tournée préparatoire de la table – ronde chapeautée par Jean-Baptiste Ondaye, ministre congolais et président du Copil du Pref-Cemac, a ainsi eu lieu du 26 juin au 4 juillet dernier à Paris, Bruxelles, Luxembourg et à Dubaï. Et outre le secrétaire permanent du Pref-Cemac, la délégation de la sous-région comprenait le président de la Commission de la Cemac, Baltasar Engonga Edjo’o, le gouverneur de la Beac, Abbas Mahamat Tolli, et le président de la Bdeac, Dieudonné Evou Mekou.

La partition des États est également un paramètre déterminant du succès souhaité de la table ronde de Paris. La Centrafrique assure pour sa part tout mettre en œuvre pour que sa contribution soit décisive. «L’apport de la République Centrafricaine, c’est d’abord en tant qu’État membre de la Cemac, de pouvoir être disponible, de pouvoir mobiliser l’ensemble de ses ressources techniques pour pouvoir accompagner justement la prochaine étape importante de mobilisation des financements», indique Hervé Ndoba. Le ministre centrafricain des Finances et du Budget croit en outre savoir que son pays est en plus attendu sur le terrain «de la mise en œuvre de façon efficace et satisfaisante, de l’ensemble des programmes des réformes économiques et financières que nous avons», explique-t-il.

Autres intérêts
Rendre compte aux très hautes autorités centrafricaines de l’état d’avancement de la préparation de la table ronde de Paris. Certes. Mais le secrétaire permanent du Pref-Cemac se devait aussi de faire le point «de l’état d’avancement de la mise en œuvre du premier programme de projets intégrateurs présentés lors de la table – ronde de 2020». Des sources proches de l’institution communautaire font en plus état de «l’examen des dispositions et mesures à prendre pour le financement de la deuxième phase du projet d’aménagement du corridor Brazzaville-Ouesso-Bangui-Ndjamena». La présence à Bangui du responsable sous- régional avait enfin pour but de passer en revue le «processus de restructuration du projet de construction du Port sec de Beloko en PPP», apprend-on.

Théodore Ayissi Ayissi

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *