Dans la Mvila : Le RDPC prêt pour 2023

Pour Mme Minette Libom Li Likeng, chef de la délégation permanente départementale du Comité central, ça va mieux en le disant… Et en l’écrivant en toutes lettres dans l’agenda des militants.

Une vue de la table des officiels du RDPC dans la Mvila

Rentrée politique RDPC dans la Mvila pour l’année 2023. Tel est le programme qui guide la ruée des militants du parti politique de Paul Biya vers la Maison du parti de Nko’ovos 2 ce 14 janvier 2023. Pour Mme Minette Libom Li Likeng, l’événement indique sa vocation et sa signification politique. « Nous sommes assistés pour ensemble, évaluer le chemin parcouru, échanger et réfléchir sur les sentiers politiques à emprunter, au cours de l’année qui commence. Il s’agit en réalité, d’un cadre d’élaboration des stratégies, pour assurer une victoire éclatante du Parti aux prochaines échéances électorales, et tout suspect, aux prochaines élections sénatoriales», énonce le chef de la délégation permanente départementale du Comité central pour la Mvila. « On ne saurait dire que le RDPC est là pour déchirer le ciel politique de la Mvila ;
Pour cette réunion de rentrée, il y a sûrement la volonté d’afficher des militants en ordre de marche derrière le président Paul Biya. Portée par des chants, l’ambiance en apporte un témoignage supplémentaire.

Significatifs sont quelques phrases prononcées par Mme Minette Libom Li Likeng lors de son propos introductif : « Comme des membres d’une même famille, nos rencontres sont toujours des moments de partage et surtout, de ferveur et d’attachement militants, autour des idéaux du Renouveau». Sur la scène, on est frappé par l’image associant conseillers, sénateurs, députés, régionaux, autorités traditionnelles, présidents de sections, autorités administratives et locales traditionnelles. Trois points structurent l’ordre du jour : évaluation des activités de l’année 2022, et des propositions pour 2023, questions des missions effectuées auprès des huit sections RDPC de la Mvila ; exposé de Mme Ella Meye épouse Essissima et série d’échanges et de recommandations. Sous forme d’une analyse serrée de la situation du RDPC dans le département, des documents élaborés par les missions effectuées auprès des huit sections de la Mvila se chargent de dresser un bilan de leurs activités. Le rapport concocté à cet effet met en relief l’enthousiasme des militants lors des grands moments de la vie nationale : participation aux activités politiques et civiles (fête de la jeunesse, défilé du 20 mai et célébration des 40 de Paul Biya au pouvoir notamment) . Rappelant l’implication de la base militante de la Mvila aux différentes conférences de section, le même rapport montre qu’en 2022, le RDPC n’a subi aucun déficit d’image dans la région du Sud. participation aux activités politiques et civiles (fête de la jeunesse, défilé du 20 mai et célébration des 40 de Paul Biya au pouvoir notamment). Rappelant l’implication de la base militante de la Mvila aux différentes conférences de section, le même rapport montre qu’en 2022, le RDPC n’a subi aucun déficit d’image dans la région du Sud. participation aux activités politiques et civiles (fête de la jeunesse, défilé du 20 mai et célébration des 40 de Paul Biya au pouvoir notamment). Rappelant l’implication de la base militante de la Mvila aux différentes conférences de section, le même rapport montre qu’en 2022, le RDPC n’a subi aucun déficit d’image dans la région du Sud.

Luttes
Volontairement lucide et réaliste, le document s’avère être un condensé de réflexions autocritiques. Si rien de particulièrement inédit n’est à relever, le rapport admet tout de même que, derrière le foisonnement observé sur la scène publique, quelques luttes intestinales trahissent une cruelle absence d’unité dans les rangs des militants. «Actuellement, les dernières opérations de renouvellement des organes de base n’en finissent pas de mettre en fureur un parti des militants et des cadres. Quelques ambitieux s’emploient désespérément à bâtir leur chapelle personnelle au sein du parti pour garder la visibilité. Une sorte de compétition sans le dire», dénonce une ligne du rapport.

Lire également : Mme Minette Libom Li Likeng : «Nous préparons déjà les militants à aborder les prochaines élections»

« Dans nos unités politiques, les attentes sont nombreuses, beaucoup ont le sentiment que le politique n’arrive pas à résoudre les difficultés qu’ils affrontent : pauvreté, chômage et autres précarités. Ces attentes à notre prévision sont fortes. Dans ce cadre, notre Parti devra prendre ses responsabilités, dans la réussite de la décentralisation au profit de nos populations ». Commente Mme Minette Libom Li Likeng à la suite de l’exposé de Mme Ella Meye épouse Essissima (native de la Mvila et Chef de la Division des Études, des Statistiques, de la Planification et de la Coopération au ministère de la Décentralisation et du Développement Local). Chargée de parler de la « Décentralisation et développement local, rôles et responsabilités des acteurs locaux », l’oratrice affirme que « la décentralisation entraîne un rapprochement géographique entre les décideurs politiques et la population ; elle crée également une compétition entre les décideurs locaux, supposant la recherche d’efficacité par ces derniers». Pour montrer l’urgence d’accompagner le président Biya dans la mise en œuvre de la décentralisation, Mme Ella Meye épouse Essissima afirme : « Les citoyens sont plus enclins à participer à la vie politique locale, considérant que celle-ci a un impact plus directement sur leur condition de vie. Leur participation, en termes d’élections et d’interactions avec les décideurs locaux, serait ainsi renforcée par la décentralisation, alors vecteur de démocratisation. La population locale peut, en outre, contrôler plus efficacement les décideurs locaux qu’une autorité centrale distante ».

L’instant des échanges est révélateur de l’ouverture voulue par le chef de la délégation permanente départementale du Comité central. Elle consacre les erreurs commises, les faiblesses persistantes, en même temps elle tente de dégager les nouvelles possibilités politiques ouvertes par la mise en œuvre du programme 2023 du RDPC dans la Mvila. « Notre rencontre, préparée, méthodiquement de longue date, se tient au lendemain de la convocation du Collège électoral pour les élections sénatoriales du 12 mars prochain, par Monsieur le Président de la République, SE Paul Biya. Hasard de calendrier, vous vous en doutez. Autant dire que la date de cette concertation ne pouvait mieux tomber ». Les défis qui s’accumulent imposent de la « lucidité », « en la matière, rien n’est jamais acquis », d’après Mme Minette Libom Li Likeng. Elle prend soin d’ajouter que «les réalités changent vite en politique» et que ses troupes «dans la Mvila ne doivent pas baisser de rythme pour ne pas perdre la main». À cet effet, le ministre des Postes et Télécommunications plaide pour l’action des responsables des sections et sous-sections. Elle la présente comme un facteur équilibrant, qui joue en faveur de l’unité du RDPC dans la Mvila comme contrepoids aux tendances centrifugeuses, quels que soient le conditionnement ou l’inspiration de ces dernières. À cette aune, elle ne manque pas non plus de retoquer certaines ambitions personnelles devenues parfois trop bruyantes dans les rangs du parti dans la Mvila. la ministre des Postes et Télécommunications plaide pour l’action des responsables des sections et sous-sections. Elle la présente comme un facteur équilibrant, qui joue en faveur de l’unité du RDPC dans la Mvila comme contrepoids aux tendances centrifugeuses, quels que soient le conditionnement ou l’inspiration de ces dernières. À cette aune, elle ne manque pas non plus de retoquer certaines ambitions personnelles devenues parfois trop bruyantes dans les rangs du parti dans la Mvila. la ministre des Postes et Télécommunications plaide pour l’action des responsables des sections et sous-sections. Elle la présente comme un facteur équilibrant, qui joue en faveur de l’unité du RDPC dans la Mvila comme contrepoids aux tendances centrifugeuses, quels que soient le conditionnement ou l’inspiration de ces dernières. À cette aune, elle ne manque pas non plus de retoquer certaines ambitions personnelles devenues parfois trop bruyantes dans les rangs du parti dans la Mvila.

Jean-René Meva’a Amougou

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *