Daniel Ona Ondo : L’obnubilé réformateur!

Il est des hommes dont seuls comptent le bilan et le devoir. La Cemac connaitra bel et bien un après Ona Ondo. Le président de la Commission de la Cemac poursuit son œuvre de mutations profondes de la communauté. Après les structures des économies, la rigidité des frontières et les immobilismes de l’appareil communautaire, le chantier de l’action collective mutualisée est le nouveau nœud gordien auquel s’attaque le chef de l’exécutif communautaire.

Combien sont-ils les fonctionnaires communautaires, les dirigeants de la Cemac et d’autres organisations africaines qui peuvent se targuer d’avoir pris part à autant de visioconférences que le président de la Commission de la Cemac? C’est une curieuse donnée, mais dans la Cemac, Ona Ondo a pris part à plus de réunions virtuelles que certains de ses collaborateurs et même commissaires collègues!

Négociations
S’il y a bien un costume qu’a revêtu Daniel Ona Ondo, c’est celui de premier avocat de la communauté. Alors que les pays étaient dans le brouillard du trimestre noir (deuxième trimestre), le chef du gouvernement communautaire a entrepris des initiatives d’annulation de dette des pays de la Cemac auprès des puissances et des institutions internationales. Pour ce plaidoyer, dès le 5 avril 2020, des correspondances officielles ont été adressées aux chefs d’État et/ou Premiers ministres des principales puissances (les États-Unis, la France, le Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d’Irlande du Nord, la Chine, la Russie, l’Inde, le Japon) pour solliciter la suspension, dans les meilleurs délais possible, des demandes de remboursements des crédits, y compris les intérêts. Le lancement d’un processus de négociation portant sur le réaménagement et l’effacement de la dette multilatérale, bilatérale et privée, et surtout le décaissement d’une assistance financière rapide et conséquente a été immédiat.

Si la Cemac a pu maintenir la parité fixe du FCFA avec l’Euro et éviter la dévaluation, c’est bien parce que les partenaires ont soutenu la stabilité extérieure de la monnaie avec des dons en devises. Chose rendue possible par la toute nouvelle option de tripartite qui réunit les pays de la Cemac, les institutions communautaires et les institutions de Bretton Woods.

D’autres partenaires, à l’instar de la Banque africaine de développement, ont appuyé l’action collective. Il s’est agi notamment du financement de la coordination régionale de la riposte. La Cemac elle-même a octroyé 430 millions francs CFA. Ceci n’a été rendu possible que grâce au nouveau logiciel impulsé par l’exécutif communautaire: le leadership collectif. Négocier et défendre la position des pays de la Cemac ensemble offre plus de ressources que lorsque les Etats vont individuellement. C’est également dans ce format que les programmes économiques de seconde génération avec les institutions de Bretton Woods se concluront. De manière inédite et grâce à l’action collective, ces dernières vont orienter leurs interventions vers des projets précis de développement intégré et de croissance intégrée dans la sous-région. Bien avant, les pays de la Cemac seront déjà dotés d’un système de prévisibilité des chocs exogènes. Ceci leur permettra d’anticiper les chocs exogènes et d’adopter des actions correctives.

Relance ou reparamétrage?
Le professeur Ona Ondo est-il le manager de la résilience ou le président de Commission de la Cemac qui a réformé? Sur la période de mars 2014 à mars 2020, les pays de Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale ont confronté 2 chocs sécuritaires (terrorisme, piraterie maritime dans le golfe de Guinée, sécession, crise militaropolitique), 2 chocs économiques (baisse des cours de matières premières), 1 choc humanitaire, 1 choc sanitaire. D’abord, le triple choc sécuritaire, humanitaire et économique qui donne lieu au sommet extraordinaire des chefs d’État de 2016 et 2019. Puis le second trimestre de la mort (2020) qui a vu la dictature de la crise sanitaire liée à la pandémie mondiale du coronavirus et ses implications. 72 mois de riposte et de résilience, 72 mois de recherche et mobilisation de l’aide internationale. 72 mois aussi à se convaincre, voire se faire convaincre, chose curieuse, à s’unir face à ces chocs exogènes.

Les pays de la Cemac ont adopté un plan de relance économique. Ce dernier tire amplement bénéfice du travail entrepris par le Programme de réformes économiques et financières de la Cemac. Au cœur de cette dynamique, la transformation productive des économies. Le secteur privé est au cœur de ce dispositif. La Cemac suggère aux États de rembourser prioritairement la dette intérieure due aux entreprises, afin que les entreprises puissent réinvestir dans la production, indépendamment des projets mis en place. En effet, il faut faire repartir l’activité et surtout sauvegarder l’emploi, voire le créer malgré les perspectives mitigées dans ce secteur. Les opérateurs économiques sont les vedettes de cette relance: toute une infrastructure à eux dédiée sera accélérée, notamment la charte d’amélioration de l’environnement des affaires, la priorisation du partenariat public-privé dans la réalisation des projets au sein de l’espace communautaire.

Une aubaine au moment où une option claire est prise pour la transformation locale des matières premières traditionnellement exportées à l’état brut. Le Plan directeur d’industrialisation et de diversification économique de l’Afrique centrale vient organiser la création des chaines de valeurs régionales à travers un projet d’industrialisation d’échelle communautaire qui va spécialiser les pays. Des zones économiques spéciales régionales et des clusters ont été structurés à cet effet. Comme secteur premièrement visé, la transformation du bois, l’agriculture et l’élevage. La pêche, le numérique et les mines sont en étude. L’industrie pharmaceutique s’est révélée incontournable depuis l’apparition de la pandémie à coronavirus.

Échanges
Le renforcement du tissu productif en cours est la condition sine qua non de l’intensification des échanges intracommunautaires. Au préalable, les pays qui importaient depuis l’extérieur des produits disponibles localement ont été invités à animer les échanges dans la région et contribuer à la croissance régionale en se fournissant localement. Pour ce faire, la Cemac a réussi à faire réactiver les comités nationaux de l’origine dans les pays. Comme évolution importante, 304 produits de 25 entreprises de la sous-région ont reçu des agréments au tarif préférentiel Cemac. La Zone Cemac peut se targuer de compter 626 produits agréés au tarif préférentiel généralisé Cemac.

Lesdits produits pourront également circuler librement dans la zone Cemac. Avant son arrivée à la commission, seul le Cameroun avait des produits agréés. À lui seul, il en compte à ce jour 532. Pour faciliter cette situation, la Cemac vient de décider de la suppression des points de contrôle multiples en instituant des points frontaliers juxtaposés. Ces points abriteront conjointement les administrations de gestions des échanges frontaliers aux frontières des pays. 5 sont en construction et les autres en identification. L’objectif est de rompre avec les barrières non tarifaires qui renchérissent les coûts finaux des produits et augmentent le coût de la vie dans les pays de destination des produits. Tout cela peut causer des manques à gagner aux entreprises en termes de chiffre d’affaires. Les pays peuvent également connaitre des sous-performances dans la collecte des taxes et recettes budgétaires.

En matière de libre circulation des personnes, les textes de suppression des visas sont adoptés et en exécution. La Cemac est en train d’implémenter le mécanisme de sécurisation des frontières avec l’appui du mécanisme technique I-24/7 d’Interpol. La Commission vient en outre de proposer aux États de baisser et d’harmoniser à 100 000 FCFA le coût des frais de séjour afin d’encourager le déplacement de la main-d’œuvre dans la sous-région. Ce qui est d’ailleurs une étape importante vers le libre établissement.

Bobo Ousmanou

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Content is protected !!