Crise humanitaire en Afrique centrale : Vers une conférence sous-régionale en 2020

La Communauté économique des États de l’Afrique centrale (Ceeac) envisage la tenue d’une conférence sous-régionale sur la situation humanitaire. Au regard du climat politique et sécuritaire dans la région, les chefs d’État et de gouvernement, réunis à Libreville à l’occasion de la 9e session extraordinaire de leur conférence, ont «instruit le secrétaire général de la Ceeac d’engager une réflexion en vue de l’organisation d’une conférence sous-régionale au courant de l’année 2020, en y associant les organisations internationales spécialisées dans cette problématique», précise le communiqué sur la situation politique et sécuritaire.

En Afrique centrale, le choc humanitaire né des 5 grands foyers de tension ne peut plus passer inaperçu. Selon les chiffres de l’Unoca, la situation politique et sécuritaire dans les pays de la Ceeac impacte directement près de 4 millions de personnes. Il s’agit des déplacés, des réfugiés et autres personnes en besoin d’aide. De manière indirecte, la situation humanitaire affecte près de 50 millions de personnes qui doivent se partager des ressources rares et des infrastructures quasiment inexistantes. Une situation qui se veut porteuse de tensions et de conflits potentiels.

Le 6 décembre dernier, François Loucény Fall, représentant spécial du secrétaire général et chef du Bureau régional des Nations unies pour l’Afrique centrale (Brenuac), a présenté au Conseil de sécurité le rapport semestriel du secrétaire général sur les activités du (Brenuac). Pour lui, de façon générale, la situation politique et sécuritaire en Afrique centrale demeure «préoccupante». Le terrorisme représente toujours une menace à la stabilité de la sous-région, en particulier dans le bassin du lac Tchad, où le groupe terroriste Boko Haram reste actif. M. Fall a souligné les effets des changements climatiques sur la stabilité de l’Afrique centrale. La situation est également préoccupante en ce qui concerne la sécurité maritime.

Zacharie Roger Mbarga

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *