Corridor routier Bamenda-Enugu: Cameroun et Nigéria plus proches de 403 km

Le pont frontalier sur la Cross-river est désormais ouvert à la circulation. Son inauguration a eu lieu ce 3 novembre 2022.

La Commission de la CEEAC était représentée par la commissaire Marie Thérèse Chantal Germaine Ngakono épse Mfoula Edjomo

À la manœuvre, le ministre des Travaux publics (Mintp), chef de la délégation camerounaise et le représentant du président de la République fédérale du Nigéria. Un signe de l’importance que l’ouvrage revêt pour les deux pays. Il est long de 403 kilomètres et il représente surtout la concrétisation de l’engagement des deux chefs d’État, Paul Biya et Muhammadu Buhari, à œuvrer pour la pleine implémentation de l’Accord de Greentree. Dans le prolongement du règlement pacifique du conflit frontalier de Bakassi. L’idée pour les deux dirigeants est toutefois aussi de parvenir à «intensifier la coopération et les échanges entre le Cameroun et le Nigéria», est-il rappelé.

 

Le pont sur la Cross-river est une composante essentielle du corridor Bamenda-Enugu. Le projet désormais achevé se trouve en effet être une déclinaison «du Programme de Facilitation des transports sur le corridor Bamenda-Mamfe-Ekok/Mfum-Abakaliki-Enugu (238 km)». Les chefs de délégation ont en outre relevé dans leurs mots de circonstance que «l’ouvrage est situé sur la Nationale N°6, région du Sud-Ouest, département de la Manyu, arrondissement d’Eyumodjock, localité d’Ekok côté Cameroun et dans l’Etat de Cross River, Etung Local Government Area à Mfum, côté Nigeria».

À en croire le Mintp, il est financé à hauteur de «21 132 005 805 francs CFA, hors taxes, par un prêt de la Banque africaine de développement (Bad) aux deux pays. Les travaux d’infrastructures sociales et économiques en faveur des populations riveraines pour un montant de 9 milliards FCFA sont quant à eux financés par un don de l’Union européenne octroyé en faveur de la partie camerounaise».

Les travaux relatifs au pont et aux voies d’accès ont démarré le 26 avril 2017 et se sont achevés le 5 juin 2021. Ils intègrent notamment le Poste de contrôle unique frontalier de Mfum. Les autorités camerounaises et nigérianes ont veillé à ce que la circulation des personnes et des biens sur ce corridor se fasse «moyennant l’observation des formalités transfrontalières audit poste», ont-elles indiqué. L’intégration régionale et le rapprochement en perspective de la CEEAC et de la Cedeao doivent se faire de manière harmonieuse. Dans des conditions de temps, de sécurité et de confort idéales.

TAA

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *