Commerce intracommunautaire : comment rompre avec les incongruités de la Cemac

La Cemac (Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale) réalise une performance d’intégration commerciale de l’ordre de 3,5 % selon la note de conjoncture commerciale de l’institution communautaire.

Il s’agit pourtant de l’une des régions les mieux loties en Afrique et dans le monde en termes de richesses naturelles. On y retrouve des hydrocarbures (pétrole et gaz), plusieurs variétés de bois, une panoplie de minerais. La sous-région dispose d’un potentiel agricole à travers des sols arables, des zones agro-écologiques et un climat tempéré. Pourtant, les importations de la région s’élèvent à 2000 milliards par an, et ont pour origine l’occident. «Les pays de la Cemac importent des produits carnés pour 800 milliards de francs CFA. Le Congo, le Gabon et la Guinée Équatoriale sont les plus grands importateurs des produits agroalimentaires. Ce qu’ils importent peut (pourtant) être trouvé dans la sous-région; c’est le cas de la viande bovine au Tchad» confie Michel Niama, Commissaire en charge du marché commun.

Du vice à la vertu
L’inversion de cette tendance est revenue au menu des échanges des experts de la sous-région lors du comité intergouvernemental organisé à Malabo par le bureau sous-régional de la CEA. Pour Mama Keita, chef de la section des politiques et des réformes pour la diversification économique à la CEA, «il faut plutôt réinventer l’homme; changer sa mentalité. Je pense que le Rwanda l’a fait et s’en sort bien. On parle de la diversification, mais qui va produire si l’homme n’est pas préparé à cela»?

Autre entrave, l’insuffisance des infrastructures. Tout comme «il nous faut diversifier nos économies, sinon nous resterons piégés par nos propres ressources qui ne serviront qu’à alimenter les industries d’ailleurs. Il nous faut développer le made in Central Africa», plaide Désiré Mondélé, conseiller spécial à la présidence de la République du Congo.

Zacharie Roger Mbarga

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *