Circulation : la Carte Rose Cémac en évaluation 

Cinq jours pour évaluer la Carte Rose Cémac et l’intégration sous-régionale. C’est l’objectif visé par la 21ème session ordinaire des bureaux de la Carte Rose Cemac qui s’est ouverte ce lundi 15 janvier 2018 à Douala.
Siège de la Carte Rose Cemac à Douala

Cinq jours pour évaluer la Carte Rose Cémac et l’intégration sous-régionale. C’est l’objectif visé par la 21ème session ordinaire des bureaux de la Carte Rose Cemac qui s’est ouverte lundi 15 janvier 2018 à Douala. Cette session rotative se déroule toujours au mois de janvier, pour arrêter un plan d’action et un budget y correspondant pour l’année en cours. « C’est une session purement budgétaire », confirme Pierre Didier N’goumou, secrétaire permanent du Bureau national de la Carte Rose Cemac au Cameroun.

Les travaux de Douala s’appuient sur les vœux de la conférence des chefs d’Etat de la sous-région lors de la création de ladite carte, dont le rôle est de « permettre à tout automobiliste se rendant dans un autre pays membre de la Cemac, d’être convenablement assuré contre les risques de responsabilité civile qu’il encourt du fait des dommages qu’il peut causer aux tiers, en raison des accidents de circulation susceptibles de survenir dans le pays de destination».

Explicitement, elle assure son titulaire et lui permet de circuler librement dans tous les Etats membres de la zone. En d’autres mots, c’est un document probatoire suffisant qui confère à son détenteur des garanties au moins équivalentes à celles exigées dans le pays de survenance du sinistre. En somme, la Carte Rose Cemac rend effective la volonté d’intégration exprimée dans le préambule de l’accord du 1er juillet 1996 à savoir : « encourager et renforcer le développement des échanges commerciaux et touristiques et de résoudre les problèmes posés par l’accroissement du trafic routier international, notamment en matière d’indemnisation des victimes de la circulation ». Le rendez-vous de Douala permet donc d’évaluer jusqu’au 19 janvier prochain, l’efficacité et  l’efficience de la structure et de trouver des solutions aux problèmes rencontrés par chaque bureau national.

Alain Biyong (Stagiaire)

Intégration

Journaliste Chef de bureau Douala

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *