La Cemac à plein volume à Yokohama

Capter une partie des 20 milliards de dollars d’investissements privés japonais envisagés en Afrique, la Commission économique et monétaire des États de l’Afrique centrale (Cemac) est partie pour l’Empire du Soleil levant avec une grande ambition.

Daniel Ona Ondo, toute ouïe toute oreille

Pour la rendre plus audible, tous les acteurs ont parlé d’une même voix. Au cours des échanges avec des partenaires nippons, Daniel Ona Ondo, président de la Commission de la Cemac, relève que le plan d’action de la Ticad7 cadre parfaitement avec les priorités identifiées dans le Programme économique régional (Per) duquel découlent les projets intégrateurs. Pour lui, l’abondante enveloppe de la Ticad pourrait permettre de donner un coup de fouet à la mise en œuvre des projets d’infrastructures, énergétiques et agricoles dans l’espace communautaire.

Sur la foi du récit du quotidien gabonais l’Union du 30 août 2019, Daniel Ona Ondo a noué des contacts de haut niveau au Japon. Ils visent à mettre les départements techniques de la Commission au travail, pour que la Cemac puisse tirer profit des nombreuses opportunités de financement que le Japon met à la disposition de tout le continent. Sur le sujet, le journal gabonais écrit: «au Japon, le président de la Commission de la Cemac a plaidé pour des accords d’investissement, des conventions fiscales pour les pays de la sous-région et une aide concrète pour mettre un terme à la pénurie de devises étrangères en Afrique centrale, qui causerait un risque de paiement en dollars, de limite de retrait et de fluctuation des taux de change».

Bobo Ousmanou

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *