CEEAC : un sommet des chefs d’Etat annoncé pour mars

La rencontre va tabler sur les problèmes politico-sécuritaires que connait la sous-région.

La rencontre va tabler sur les problèmes d’ordre politico-sécuritaire, que connait la sous-région.
Sommet de la Copax à Yaoundé en 2015.

Selon le secrétariat général de la Communauté économique des Etats d’Afrique centrale (CEEAC), la capitale gabonaise abrite du 05 au 06 mars 2018 un sommet des chefs d’Etat du Conseil de paix et de sécurité (Copax). Ce sommet sera précédé du 03 au 04 mars d’un Conseil des ministres qui se tiendra lui-même après une réunion de la Commission de défense et de sécurité(CDS) prévue du 28 février au 01er mars 2018.

Le prince d’un sommet des chefs d’Etat de la communauté est acquis depuis le 29 janvier dernier. Ce jour-là, une concertation entre les chefs d’Etat et de gouvernement des pays membres de la CEEAC s’est tenue à Addis-Abeba en marge du 30e sommet de l’Union africaine. A l’issue de cette réunion convoquée par le président gabonais Ali Bongo, président en exercice de la CEEAC, «les chefs d’Etat et de gouvernement se sont accordés sur l’urgence de la convocation, courant février 2018, d’un sommet du Copax, précédé d’une réunion ministérielle, ainsi que sur l’opportunité de l’organisation de la 17e session ordinaire de la Conférence des chefs d’Etat et de gouvernement de la CEEAC à Libreville dans la 3e semaine du mois de juin 2018», lit-on dans le communiqué sanctionnant la rencontre.

Comme l’ont reconnu les participants à la concertation, l’urgence d’un sommet de la Copax se justifie au regard des «problèmes multiformes, notamment d’ordre politico-sécuritaire, que connait la sous-région». L’Afrique centrale est en effet une zone en ébullition. La quasi-totalité des pays de la région sont confrontés chacun au moins à une crise sociopolitique. A cela, il faut ajouter la menace terroriste notamment du fait de la secte Boko Haram qui continue d’être active dans la zone du Lac Tchad. A ce sujet d’ailleurs, Ali Bongo a fait part à ses pairs de ce qu’il a convenu avec son homologue de la CEDEAO, Faure Gnassingbe Eyadema, d’organiser, à brève échéance le sommet conjoint CEEAC-CEDEAO planifié de longue date. C’est en effet au moins depuis le début de l’année 2015 qu’un sommet conjoint CEEAC- CEDEAO est évoqué sans pour autant se concrétiser.

Aboudi Ottou

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *