La CEEAC et la CEMAC, vent debout contre le COVID-19

La Communauté économique des États de l’Afrique centrale (CEEAC) et la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (CEMAC) sont résolues à combattre la pandémie de Covid-19.

Même si les deux institutions ne font pas pour l’instant front commun, il est à noter qu’elles prennent, chacune de son côté, des initiatives. Il s’agit en fait pour les deux Communautés d’éviter que la propagation du virus n’ait «des conséquences dramatiques sur le plan humain et sur le plan économique», ainsi que l’a indiqué le Pr Daniel Ona Ondo, président de la Commission de la CEMAC.

Sur hautes instructions de Ahmad Allam-Mi, secrétaire général de la CEEAC, une réunion de crise s’est tenue le 16 mars dernier à Libreville au Gabon. Elle portait sur les mesures d’hygiène à observer face à la pandémie. Si pour l’essentiel ces mesures sont celles édictées par l’Organisation mondiale de la santé (OMS), les participants ne se sont pas pour autant arrêtés à ce niveau. D’autres mesures préventives et quelques propositions ont été retenues, étant entendu qu’elles sont destinées à être soumises à l’approbation de la haute hiérarchie. Selon le communiqué rendu public, ces propositions concernent «la mise en place d’une cellule de crise, la tenue d’une réunion des ministres de la Santé des États membres, la suppression des missions non essentielles et l’assignation des agents à résidence pour travailler à domicile pendant deux semaines».

Les ministres de la Santé publique des pays de la CEMAC se sont réunis deux fois, à Malabo en Guinée équatoriale et le 12 mars dernier à Douala au Cameroun. Au cours de cette dernière rencontre, plusieurs mesures ont été prises en plus de la mobilisation de 2,5 milliards FCFA pour lutter contre la pandémie. Selon l’institution communautaire, «les participants ont unanimement convenu de la nécessité de renforcer les mesures d’hygiène et de sécurité en mettant l’accent aussi bien sur la prise en charge des personnes infectées que sur les mesures de cantonnement». Les participants ont également insisté sur «l’échange des informations et sur le respect de la mise en quarantaine des personnes infectées», a fait savoir la CEMAC.

TAA

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *