CEEAC–CEDEAO: conseil de guerre conjoint le 30 juillet

En marge du 31e sommet de l’Union africaine, les chefs d’Etat et de gouvernement des pays membres de la Communauté économique des Etats de l’Afrique centrale (CEEAC) ont tenu un conclave.

Les chefs d’État d’Afrique centrale en séance de travail à Nouakchott.

A l’ordre du jour figuraient les questions liées à la sécurité notamment en RCA et en RDC, au sommet de la CEEAC et à celui conjoint avec la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO). Au terme de cette rencontre, Ali Bongo Ondimba, président du Gabon et de la CEEAC, a confirmé la tenue du sommet conjoint CEEAC-CEDEAO le 30 juillet 2018 à Lomé au Togo. Il sera précédé d’une réunion ministérielle le 28 du même mois. La thématique de cette rencontre portera sur la paix, la sécurité, la radicalisation et l’extrémisme violent et donnera l’occasion aux deux sous-régions d’examiner les questions d’intérêt commun.

Longtemps attendue par les Etats et les observateurs, la rencontre est présentée comme charnière pour deux régions donc le niveau de dépendance mutuelle s’est davantage accrue. Avec 3000 km de frontière partagée, les deux communautés économiques régionales subissent communément les menées terroristes de Boko Haram dans la région du lac Tchad. Si les deux communautés sont déjà engagées dans la réduction de la piraterie maritime dans le golfe de Guinée, la formule reste à trouver pour une montée en régime de cette stratégie commune. La question des échanges économiques n’est pas en reste non plus, l’extrémisme faisant son lit où baignent misère et précarité.

Au cours de cette réunion, les présidents des Républiques du Tchad et de Guinée équatoriale, le Premier ministre du Cameroun et les représentants de Sao Tomé-et-Principe et du Burundi ont fait un exposé sur la situation politico-sécuritaire dans leurs pays. Par ailleurs, tous les chefs d’Etat présents, dont Ali Bongo Ondimba, Denis Sassou Nguesso, Teodoro Obiang Nguema Mbasogo, Idriss Deby Itno et les chefs de délégation, ont appelé à plus de solidarité dans notre zone communautaire notamment dans la prise en charge des défis et des enjeux propres à notre sous-région.

Zacharie Roger Mbarga

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *