INTÉGRATION RÉGIONALEUncategorized

CCPAC : la sécurité de la Cémac en évaluation

Les patrons de police de la sous-région se sont réunis par visioconférence pour tabler sur le sujet.

Le colonel Esaie Ovono Mezui, Secrétaire permanent du CCPAC, veille au grain

La mise en œuvre de la Zone de libre-échange continentale africaine (Zlecaf), implique plusieurs défis. Parmi ceux-ci, se trouvent ceux liés à la sécurité. C’est ce qui explique la tenue, du 14 au 16 novembre dernier de la troisième session sécuritaire du Conseil des chefs de police du CCPAC (Conseil des Chefs de Police de l’Afrique centrale).

La rencontre tenue en ligne avait un objectif bien défini. « Procéder à une évaluation de la situation sécuritaire de la région dans les segments pertinents des différentes commissions techniques et proposer des mesures opérationnelles qui permettront aux chefs de police et aux ministres en charge des questions de sécurité de prendre des décisions idoines pour lutter efficacement contre les phénomènes criminels émergents dans notre zone», détaille le général de division Hervé Ngoma. En sa qualité de président en exercice de cet organisme inter-États, le commandant des forces de police gabonaises était face à ses homologues des autres pays de la sous-région Afrique centrale.

Comités
Les patrons de la sécurité en zone Cémac n’ont pas dérogé au rituel habituel. Leurs moments d’échanges, d’analyses et de réflexions sur les défis sécuritaires de la sous-région, ont également permis aux membres des différentes sous-commissions de se réunir. Ce, en vue de faire point sur tous les domaines de la sécurité. Notamment, «la police judiciaire, la police de l’air et des frontières, la coopération policière, le trafic des stupéfiants et la criminalité pharmaceutique», fait savoir le colonel Esaie Ovono Mezui, Secrétaire permanent du CCPAC.
À l’en croire, ces échanges concourent à mettre en application tous les textes relatifs à la libre-circulation des personnes et des biens (conformément à la décision du 1er avril à la conférence des chefs d’états de la Cémac). D’où les préoccupations évoquées lors des débats. Les hommes en tenue ont passé en revue les missions circulaires organisées dans les pays de la sous-région; ce, en vue du contrôle des systèmes d’automatisation des documents de voyage. Sur la table des ponts de la police de la Cémac, il y avait également l’amplification de la lutte contre la criminalité pharmaceutique. Il était également question de rendre compte à qui de droit de sur «la mise en œuvre des recommandations formulées lors des précédents travaux et validées par les Chefs de Police et les Ministres», explique le Secrétaire permanent du CCPAC. ;

Révision des textes
Les patrons de police ont également trouvé bon de revoir les différents textes qui encadrent leur exercice dans la sous-région. Ce, en vue de s’arrimer aux multiples changements qu’induit la montée en puissance de la criminalité dans la sous-région. En effet, certains points ont également fait l’objet des échanges au cours des travaux de la 35ème réunion des sous-comités techniques. Il s’agit du «compte rendu des actions menées par le Secrétariat permanent pendant la période considérée; la révision des textes statutaires du CCPAC; les activités programmées pour l’exercice 2023», entre autres sujets.

Au sortir des échanges, plusieurs recommandations ont été faites. Lesquelles, vont permettre d’améliorer la coopération policière en Afrique-centrale et de garantir une libre circulation des personnes et des biens en toute sécurité.

Joseph Julien Ondoua Owona

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *