Casimir Oyé Mba : une empreinte indélébile dans la sous-région

La Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (Cemac) pleure un de ses dignes fils. Atteint de Covid-19, Casimir Oyé Mba a en effet fini par tirer sa révérence dans la nuit du 15 au 16 septembre 2021 à l’Hôpital Saint Joseph de Paris. L’homme d’État gabonais décède à 79 ans et laisse derrière lui une famille biologique et politique éplorée. Au niveau de la sous-région, son passage remarqué à la Banque des États de l’Afrique centrale (Beac) a contribué à forger sa légende. Ceux qui l’ont côtoyé gardent dès lors de ce haut fonctionnaire de la sous-région, un souvenir impérissable.

Parcours
Casimir Marie Ange Oyé Mba est né le 20 avril 1942 à Nzamaligué au Gabon. Titulaire d’une licence en droit et en sciences politiques de l’Université de Rennes en 1965, le Gabonais obtient quatre années plus tard son doctorat en droit à l’Université de Paris. Mais c’est sans doute sa formation diplômante en finances au Centre d’études financières, économiques et bancaires de la Caisse centrale de coopération économique (de l’AFD) qui lui ouvrira les portes de la Banque des États de l’Afrique centrale.

Au sein de cette institution sous-régionale qu’il intègre en tant que stagiaire, Casimir Oyé Mba fait toutes ses classes. Il finit par occuper le prestigieux poste de gouverneur de la Beac. Ce sera de 1978 à 1990.
Après quoi, commence pour lui une carrière politique. Et dès le 3 mai 1990, il est nommé Premier ministre par le défunt président Omar Bongo Ondimba. Il sera également élu député en octobre de la même année pour le compte du parti au pouvoir, le Parti démocratique gabonais (PDG) dont il est membre depuis 1973.

Au fil des années et au sein des gouvernements successifs, il occupera tour à tour les fonctions de ministre des Affaires étrangères et de la Coopération, ministre de la Planification, de la Programmation du développement et de l’Aménagement du territoire, et ministre d’État, ministre des Mines, de l’Énergie, des Ressources hydrauliques et de la Promotion des énergies nouvelles.
Au moment de son décès, Casimir Oyé Mba était vice-président de l’Union nationale. C’est un parti d’opposition dont il a défendu les couleurs et les idéaux lors de la présidentielle de 2016.

Hommages
Depuis l’annonce du décès de l’ancien Premier ministre, les hommages se sont multipliés aussi bien au Gabon qu’au sein de certaines instances sous-régionales. C’est le cas à la Commission de la Cemac où l’annonce de la mort de l’ancien gouverneur de la Beac n’a pas laissé indifférent le Pr Daniel Ona Ondo.

«C’est avec une profonde tristesse que j’ai appris ce jeudi 16 septembre 2021, le décès de M. Casimir Oye Mba. En cette douloureuse circonstance, je tiens à présenter mes sincères condoléances à la famille et aux proches de l’illustre disparu. En effet, cet ancien Premier ministre et ancien gouverneur de la BEAC a su marquer l’histoire de son empreinte. Doté d’un charisme et d’une personnalité hors du commun, feu Casimir Oye Mba laisse un souvenir indélébile dans le cœur de tous ceux qui l’ont aimé et connu. En rendant hommage à ce grand commis de l’État gabonais, je tiens surtout à saluer la mémoire de cet économiste et homme politique de haut rang.

Je réitère mes pensées les plus émues à sa famille et prie le bon Dieu qu’il l’accueille dans son royaume et lui accorde le juste repos», a fait savoir le président de la Commission de la Cemac.
L’hommage du Pr Daniel Ona Ondo a été précédé de celui du président de la République du Gabon. Ali Bongo Ondimba a pour sa part écrit : «c’est avec tristesse que j’ai appris le décès ce matin à Paris de M. Casimir Oyé Mba. Cet homme d’État aura consacré sa vie à la chose publique au Gabon où il a été Premier ministre comme en Afrique centrale en tant que gouverneur de la BEAC. Mes sincères condoléances à sa famille».

Au rang des hommages enregistrés, il y a également celui de Jean Ping. En ajoutant sa voix à celle de plusieurs personnalités gabonaises, l’ancien président de la Commission de l’Union africaine a quant à lui déclaré : «c’est avec une vive consternation que j’apprends le décès du Premier ministre Casimir Oye Mba, qui restera une grande figure continentale de la Banque. Je salue la mémoire d’un ami, une amitié fidèle qui remonte aux années du collège. Mes condoléances émues et mon affection renouvelée à ses enfants et à toute sa famille».

Théodore Ayissi Ayissi

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *