Campost : dans l’antre du redressement

Année après année, formule après formule, voici dévoilé ce à quoi l’opérateur public doit sa force actuelle.

Le Minpostel, l’un des acteurs majeurs des réformes à la Campost

Depuis le 7 octobre dernier, le Cameroun est Champion d’Afrique du classement du 2IPD de l’Indice intégré pour le développement postal. Aux yeux de l’Union Postale Universelle (UPU), la Campost (Cameroon Postal Services, opérateur public des services postaux) a rempli tous les critères en vigueur (accessibilité, fiabilité, pertinence et résilience) dans le cadre de l’évaluation de chacun des 170 pays membres de l’UPU. «Pour atteindre ce niveau, tout n’est pas passé comme une lettre à la poste», un relevé Mme Minette Libom Li Likeng au cours de son point de presse à Yaoundé le 19 octobre 2022. Selon le ministre des Postes et Télécommunications (Minpostel ), « la distinction du Cameroun par l’instance faite des Nations unies en matière postale, récompense les efforts du Gouvernement, pour le redressement de l’opérateur public postal ».

Dans son souci d’allier le charme de l’anecdote à la rigueur de l’information, Mme Minette Libom Li Likeng a remonté le temps. À l’en croire, la naissance de la Campost en avril 2004 est intervenue dans l’optique de trouver une solution durable à la crise sociale qu’a connu la SONAPOSTE (opérateur public postal de l’époque) au cours des années 2002 à 2004. Plombée par le lourd passif, obtenue de la SONAPOSTE, la gestion et le développement de la Campost se sont trouvés fortement handicapés, avec un déficit s’aggravant d’année en année, en dépit des mesures adoptées pour redresser l’entreprise.

Devant l’ampleur des difficultés et les contre-performances des processus de réhabilitation, raconte la Minpostel, le Gouvernement avait décidé de supprimer l’expertise internationale par le biais des contrats d’assistance technique.

Les contrats d’assistance technique pour le redressement de la Campost signés entre l’État, d’abord avec le Cabinet canadien TECSULT Intl (2007 à 2009), puis avec SOFREPOST filiale de la Poste française (2010 à 2016), se sont achevés sans produire les effets proposés, malgré les énormes moyens consentis.

 

« Au regard de ces nombreux revers, et conscient de l’importance de la Poste dans le développement économique et social des pays, le chef de l’État a instruit au Gouvernement, la reprise en main de la Campost par l’État », révèle Mme Minette Libom Li Likeng. D’où la mise en place d’une nouvelle équipe dirigeante. Dans un environnement extrêmement difficile et hautement concurrentiel, marqué par l’essor de l’économie numérique (services de messageries, services financiers, mobile money), un programme de restructuration et de modernisation de l’opérateur postal public a été adopté, matérialisé par le Contrat Plan Etat/Campost 2019-2021, signé le 30 novembre 2018.

Grâce à la mise en œuvre du contrat plan, apprend-on, de nouvelles politiques et solutions de service ont vu le jour. L’ensemble a pour objectif la maîtrise des charges d’exploitation et l’optimisation des ressources, grâce à l’amélioration de la qualité des services. Selon la Minpostel, le package autorise le recouvrement progressif des créances sur les banques liquidées ainsi que la maîtrise des dettes, par la fiabilisation de l’épargne postale. L’on n’oublie pas la qualité de services, avec la diversification de l’offre de services financiers postaux et celle des services électroniques postaux.

À ce jour, Campost c’est un centre de données, un réseau sécurisé de 234 bureaux de poste interconnectés par fibre optique (environ 410 km) et par satellite (environ 110 stations VSAT), des équipements de vidéoconférence. De quoi frapper les esprits au sein de l’UPU.

Jean-René Meva’a Amougou

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *