Cameroun-Union européenne : Des roses sur des épines

Les deux parties évoluent désormais sur un air de décrispation… encore précaire.

Minepat/UE : je t’aime, moi non plus

 

C’est officiel : «dès 2021, le Cameroun attend de l’UE un financement de près 400 milliards FCFA». Pour le site d’information en ligne, Investir au Cameroun, ça rit sous cape dans les cercles de la partie européenne. «Cette demande nous est parvenue en coïncidence avec la lettre du gouvernement qui nous informait de la suspension temporaire de la mise en œuvre de l’APE. Il était donc utile de clarifier en premier lieu la question de la reprise de l’application de l’accord. Vu l’avancement sur ce sujet, nous allons pouvoir nous y pencher prochainement dans la continuité de notre partenariat constructif», a lancé Sébastien Bergeon, chargé d’affaires par intérim à délégation de l’UE au Cameroun, dans les colonnes de IAC, le 16 novembre 2020.

Cette apparente normalisation du discours européen ne masque pas les divergences connues (voir Intégration n° 437). En effet, en dépit des protestations de l’UE, le Cameroun va maintenir la suspension du démantèlement tarifaire prévu par l’Accord de partenariat économique (APE) qui le lie aux pays de cet espace communautaire. «Le 24 juillet 2020, Alamine Ousmane Mey, le ministre de l’Économie, en charge de la conduite de l’APE avec l’UE, a soumis à la partie européenne et à ses États membres un document de plaidoyer relatif au financement de cette stratégie, qui contient les besoins prioritaires en termes de mesures d’accompagnement de l’APE.

Chiffré à 607,63 millions d’euros (398,6 milliards FCFA), le plan a pour objectif d’améliorer l’environnement des affaires et stimuler les investissements, de promouvoir un secteur privé dynamique et compétitif, d’augmenter les exportations du Cameroun et de favoriser l’intégration régionale, et enfin de conduire le monitoring de l’APE», informe IAC. Dans la foulée, indique la même source, avec la compensation de l’impact fiscal net (IFN), les mesures d’accompagnement font partie du volet développement de l’APE (articles 10 et 12 de l’accord).

Cette question a toujours fait l’objet de frictions entre le Cameroun et son partenaire européen. Yaoundé attend de Bruxelles un engagement similaire à celui pris en Afrique de l’Ouest. Dans cette partie du continent, l’UE s’est engagée à financer le premier plan opérationnel de 5 ans (2015-2020) du programme APE pour le développement, à hauteur de 6,5 milliards d’euros (près de 4 261 milliards FCFA). Mais jusqu’ici, en ce qui concerne le Cameroun, l’UE n’est pas allée au-delà des ressources disponibles dans le cadre de la coopération au développement arrêtée avant la ratification de l’APE par ce pays de la Cemac.

Bobo Ousmanou

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Content is protected !!