Cameroun : des jeunes s’engagent pour la politique non-violente

C’est à l’issue d’un séminaire initié par l’association Family Club à travers le projet Université Politique de la Jeunesse du Cameroun.

Les participants au séminaire

Ils étaient 30, des jeunes leaders venus des dix régions pour prendre part à la première édition de « l’Université politique de la Jeunesse » organisée par Family Club Association avec le parrainage du ministère de la Jeunesse et de l’Éducation civique.

Le concept envisage d’offrir à la jeunesse camerounaise, un espace d’apprentissage des mécanismes du monde politique et des valeurs de paix et de patriotisme. « Nous avons proposé l’Université Politique de la Jeunesse du Cameroun comme un espace fédérateur de conseil, de coaching et d’apprentissage des valeurs de paix en politique. Nous mettons les jeunes qui s’intéressent à la politique en contact avec les experts capables de les encourager, leur donner des connaissances qui leur serviront de guide dans l’entrepreneuriat politique », explique Jonas Yedidia Alirou.

Visiblement, les jeunes se sentent pourtant comblés dans l’initiative. « Si le concept n’avait pas existé, il fallait le créer. En trois jours, nous avons fait connaissance avec des jeunes venus d’autres horizons. Nous avons été édifiés sur la gestion de nos rêves et ambitions et le comportement à adopter pour réaliser nos rêves tout en restant citoyen et patriote. Le fonctionnement du monde politique nous a été également expliqué », résume Mohaman Bello, participant de l’Adamaoua. Pour Abdoulaye venu de Garoua, « pareille initiative doit être répétée et pourquoi organisée dans d’autres régions. J’ai dû payer mon transport de Garoua pour Yaoundé afin de prendre part à l’événement ».

Dans les débats et les travaux en atelier, les jeunes ont jugé utile de travailler en synergie à travers le pays pour sensibiliser à leur tour à la non-violence en politique. « De retour à Maroua, nous allons organiser une séance de restitution du séminaire et nous engager davantage dans la lutte contre l’extrémisme violent notamment en milieu politique », promet Maibaré.

La question de réalisation des rêves de jeunesse était également au centre des échanges. Les participants à l’Université politique de la jeunesse conviennent de la nécessité de s’engager en politique au niveau local afin d’influencer la prise des décisions en faveur du développement et la paix.

L’universitaire Jean-Emmanuel PONDI, l’un des experts invités par Family Club Association a longuement sensibilisé les jeunes leur rôle dans la préservation de la paix. Il a souligné l’importance de leur engagement citoyen en politique.

L’université a également expliqué la notion de leadership, l’engagement politique en montrant la place centrale du rêve dans toutes les formes de réussite. Les questions d’opposition et de parti au pouvoir sont passées en pagne fin et l’enseignement demande aux jeunes d’être les acteurs de paix, sans stigmatiser leurs compatriotes sur la base d’appartenance politique, ethnique, ni culturelle.

La première édition de l’Université Politique de la Jeunesse s’est tenue du 8 au 10 février 2019 à l’auditorium de l’Institut National de la Jeunesse et de l’Éducation civique à Yaoundé. Les organisateurs promettent de nouvelles séances de formation dans les mois à venir.

Zéphyrin Fotso Kamga

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *