Camair-Co suspend l’interconnexion

Le 5 mai dernier, la compagnie aérienne camerounaise, Camair-Co, a annoncé la fermeture de ses lignes régionales. En Afrique centrale, 3 destinations subiront cette entorse à la libre circulation des personnes : Bangui (Rca), Libreville (Gabon) et Ndjamena (Tchad).

La situation est due aux difficultés financières et logistiques que connaît la compagnie camerounaise. Le personnel accuse 3 mois de salaire impayé et a récemment menacé de faire grève. Deux aéronefs sur 6 en possession sont en exploitation optimale : 1 MA60 (TJ-QDB) et 1 Bombardier Q400 (TJ-QDC en location). À cela s’ajoutent les dettes accumulées auprès des différents partenaires.

C’est en ces mots que le transporteur aérien du Cameroun a annoncé la mise en veille de ses liaisons dans la sous-région. « En attendant l’entrée en service d’un nouvel aéronef, nous sommes, cette semaine encore, dans l’obligation de fermer les vols régionaux à la vente. Nous vous tiendrons informés dès la mise en service du nouvel aéronef et la réouverture des vols régionaux à la vente ».

Point d’achoppement
Au moment où les pays de la Cemac réalisent des avancées timides sur la libre circulation des personnes, la fermeture de l’une des rares compagnies aériennes desservant quelques capitales arrive comme une embuche supplémentaire au processus d’intégration. Il est de notoriété publique que le transport aérien demeure le moyen fiable de bénéficier de l’ouverture des barrières aux ressortissants de la sous-région.

Zacharie Roger Mbarga

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *