Budget du Cameroun : 4 850 milliards FCFA en 2019

Le projet de loi de budget déposé vendredi 16 novembre à l’Assemblée nationale prévoit une augmentation de plus de 161 milliards FCFA par rapport à l’exercice 2018. De nouvelles taxes introduites dès l’année prochaine, notamment les boissons gazeuses importées, les cosmétiques, les articles de friperie, les pneumatiques, les véhicules d’occasion, les logiciels et applications téléchargés par des téléphones ou tablettes. 

Les parlementaires ont un peu plus de deux semaines pour examiner et adopter la loi de finances déposée par le gouvernement de la République vendredi dernier. Le budget 2019 adossé à cette loi prévoit une enveloppe arrêtée à plus de 4850 milliards FCFA, contre 4689 milliards pour l’année en cours, «soit une augmentation de 161 milliards FCFA en valeur relative et 3,4% en valeur absolue», indique l’exposé des motifs de la loi.

Pour financer ce budget, l’Etat prévoit de garder inchangé le seuil des emprunts concessionnels à 150 milliards FCFA. Cependant, le gouvernement va déplafonner le seuil des emprunts non concessionnels pour le porter à 500 milliards FCFA, contre 436 milliards FCFA en 2018. Les titres publics que l’État entend émettre en 2019 restent à 260 milliards FCFA. Le budget 2019 compte sur un baril de pétrole à l’international à 63 dollars. Les recettes pétrolières et de gaz s’escomptent dès lors à 450 milliards FCFA, pour des recettes non pétrolières attendues à plus de 3000 milliards FCFA.

Programme économique et financier
Sous Programme économique et financier avec le Fonds monétaire international (FMI), le Cameroun va imposer de «nombreuses mesures nouvelles au plan douanier, fiscal et financier», avec pour but : «d’accroitre la mobilisation des recettes internes, par une augmentation du taux de la pression fiscale qui passerait de 13,1% du PIB en 2018 à 13,2 % en 2019 ; de resserrer les dépenses publiques (et) de maîtriser le système de l’endettement».

Ventilation
Sur le plan douanier, la loi de finances 2019 prévoit un élargissement du champ d’application du droit d’accises aux boissons gazeuses importées, aux cosmétiques, aux articles de friperie, aux pneumatiques et aux véhicules d’occasion. Il s’agit également de taxer «à un taux forfaitaire» les logiciels et applications téléchargés par des téléphones et tablettes en vue de leur propre exploitation.

Pour ce qui est de la ventilation de ce budget, comme en 2018, le ministère des Enseignements secondaires va garder la plus grosse enveloppe budgétaire en 2019. Le budget de ce département ministériel s’établit à 393 milliards FCFA (contre 365 milliards en 2018). Il est suivi par le ministère des Travaux publics, qui hérite d’une enveloppe de 361 milliards FCFA. Avant l’adoption de cette loi de finances par le Parlement, les chefs de département ministériel vont défiler devant les membres des commissions de finances et du budget des deux Chambres du Parlement pour défendre leur enveloppe.

Bobo Ousmanou

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *