La Beac va poursuivre sa politique monétaire restrictive

La Banque des États de l’Afrique centrale (Beac) vient de rendre public son rapport de politique monétaire pour l’année 2018.

Le document confirme le léger frémissement de la croissance dans la zone Cemac en 2018. Selon les calculs de la Banque centrale, la croissance a atteint 1,5 %. Même si elle est inférieure aux différentes prévisions et projections, la croissance a finalement été supérieure à celle de 2017, soit 0,2 %. Ceci s’est fait sous l’effet d’un dynamisme des activités économiques dans le secteur pétrolier (pétrole et gaz). En effet, le pétrole conserve son importance comme ressource considérable dans le financement des économies. L’inflation est en augmentation de près de 100% sur un an (1,7 % à la fin décembre 2018, contre +0,9% un an plus tôt).

Les finances publiques ont connu une amélioration avec notamment un excédent du solde budgétaire à +0,1 % du PIB. Les projections ont tablé sur un déficit de -0,3 % du PIB, ce qui aurait toujours été mieux que la réalisation de l’année 2017 (-4,5 %). Les transactions courantes demeurent en déficit, mais la diminution est observable. Projeté à -4,2 % du PIB après -4,6 % un an plus tôt, ce déficit s’est finalement situé à -3,5% du PIB.

Au regard de ce qui précède, la Banque centrale a décidé de poursuivre sa politique monétaire restrictive. Ceci s’est fait en conformité avec sa stratégie de reconstitution des avoirs de réserves pour éviter la dévaluation du franc CFA.

Zacharie René Mbarga

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *