Bassin du Congo : la Comifac tient son plan d’opération 2021-2025

Cinq ans ! C’est le temps que dure depuis son adoption, la mise en œuvre du Plan de convergence de la Commission des forêts de l’Afrique centrale (Comifac). Réunis alors il y a quelques semaines dans le cadre d’une rencontre virtuelle, les membres statutaires de l’institution sous-régionale ont procédé à «l’évaluation à mi-parcours dudit Plan lancé par le secrétariat exécutif de la Comifac pour apprécier les performances des cinq années écoulées». Mais selon une source interne à la Commission, ces derniers «ont aussi adopté avec des amendements le Plan d’opération 2021-2025 du Plan de convergence sous-régional».

L’atelier virtuel était présidé par Jules Doret Ndongo, ministre camerounais des Forêts et de la Faune, par ailleurs président en exercice de la Comifac. En plus de la participation des représentants des pays de la Cemac, on relève avec emphase à la Commission que les travaux ont également bénéficié «du soutien de la Coopération allemande, à travers le projet GIZ ‘‘Appui à la Comifac’’». D’après ce que l’institution sous-régionale rapporte d’ailleurs à ce sujet, c’est en raison de ce que «le Plan de convergence est reconnu par l’ensemble des partenaires nationaux et internationaux comme document de référence pour orienter leur actions, financements ou activités en général. Et qu’il devrait également pousser les autres pays de l’Afrique centrale à donner à la Comifac tous les moyens nécessaires pour le fonctionnement de ses structures opérationnelles».

Pour sa part, le directeur du Programme gestion durable des forêts dans le Bassin du Congo n’a pas manqué de dire sa satisfaction. À en croire le responsable communautaire soucieux d’une bonne mise en œuvre du document stratégique de la Commission, «la déclinaison opérationnelle de ce Plan sur la période quinquennale 2021-2025, vient garantir le succès de son suivi», a-t-il alors indiqué. Dans tous les cas pour Jules Doret Ndongo, ces outils doivent tous permettre «d’accompagner les États de la sous-région dans le développement des pratiques d’aménagement durable des forêts et de l’environnement, en vue d’une contribution accrue de ce sous-secteur au développement économique et social des pays de l’Afrique centrale», rapporte également la Comifac.

Théodore Ayissi Ayissi

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Content is protected !!