Barrage hydroélectrique de Grand Eweng : le projet se structure et prend corps

Le 5 juillet dernier, le ministère camerounais de l’Eau et de l’Energie, la société Hydromine et Eneo Cameroon ont signé une lettre d’intention, pour ce projet appelé à fournir 1800 Mega Watts d’énergie électrique supplémentaire au Cameroun.

Peter Briger, Président Directeur Général d’Hydromine, est sans détour : « Grand Eweng est un projet hydroélectrique de classe mondiale, qui bénéficiera grandement au Cameroun et attirera l’investissement international (…) » Aussi, poursuit-il, «Hydromine s’engage donc à réaliser Grand Eweng selon les normes de bonnes pratiques environnementales, sociales, sécuritaires et d’intégrité, à travers le dialogue inclusif et une coopération responsable avec les parties prenantes locales et internationales ».

Il s’agit d’un projet visant à concevoir, à développer, à construire et à exploiter une centrale hydroélectrique située sur le fleuve Sanaga (entre Yaoundé et Douala). Il sera question de bâtir un barrage et un réservoir en plus d’une usine hydroélectrique. L’infrastructure conçue et financée par l’entreprise Hidromine sera mise en service en plusieurs phases.

La première phase, d’une capacité installée d’environ 1000 Mega Watts, devra produire plus de 7000 Giga Watts/ heure en moyenne, par an. La deuxième phase va permettre au site hydroélectrique d’atteindre sa pleine capacité fonctionnelle estimée à 1800 MW. Soit une production annuelle moyenne de 9 000 GW / heure, utile pour la puissance de pointe propre.

Avantages

Ainsi, l’infrastructure hydroélectrique projetée viendra combler la forte demande nationale en électricité au Cameroun, estimée à plus de 3300 MW d’ici à 2030. D’après des sources dignes de foi, la centrale de Grand Ewang va offrir de l’électricité à moindre coût. Par ailleurs, elle va assurer le renforcement de la fiabilité du réseau électrique, pour accélérer l’industrialisation et la croissance économique du pays. Dans la même lancée, ce barrage va contribuer à réduire la production des émissions polluantes et à optimiser la gestion des ressources en eaux du pays. De plus, la mise en œuvre du projet va générer plusieurs emplois.

Actuellement, le projet suit son cours. La société américaine spécialisée dans le développement de l’énergie durable a financé et réalisé les études de faisabilité techniques détaillées. Elle s’apprête à commencer les consultations publiques relatives aux études d’impacts sur l’environnement et le social, pour une réalisation transparente et durable du projet.

La signature de la lettre d’intention fait suite à la demande du Gouvernement du Cameroun à l’endroit de la Banque Mondiale et de la Banque Africaine de Développement, pour un appui à la mise en œuvre dudit projet. Elle marque le début du processus de la structuration du projet et l’accord des modalités contractuelles entre l’État camerounais, Eneo et Hydromine. Le début de la construction de l’édifice est prévu dans trois ans. Alors que les retombées de cet investissement énergétique sont attendues dans sept ans.

Bobo Ousmanou

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *