Barrage de Nachtigal: La Banque mondiale libère son financement

Le conseil d’administration de l’institution de Bretton Woods vient d’approuver son investissement pour accompagner la réalisation de cette infrastructure.

 

La maquette du barrage de Nachtigal

C’est désormais acquis. La banque mondiale va investir 794,5 (soit environ 448,2 milliards de francs CFA) millions de dollars dans le barrage hydroélectrique de Nachtigal. Une infrastructure qui devrait permettre d’augmenter la puissance installée du Cameroun de 420 MW. Lors du conseil d’administration tenu le 19 juillet 2018 à Washington DC, aux Etats-Unis, la banque a approuvé son investissement dans ce projet. Un investissement porté par plusieurs filiales du groupe.

Dans le détail, la Banque internationale pour la reconstruction et le développement (Bird) et l’Agence multilatérale de garantie des investissements (Miga) fournissent respectivement 300 millions de dollars et 262,5 millions de dollars de garanties, afin notamment de transformer les prêts courts des banques commerciales locales engagées dans le projet en prêts à long terme. La Société financière internationale (IFC) apporte 70 millions de dollars de prises de participation et 152 millions de dollars de prêts.

«En tant que coordinateur global des créances de premier rang, IFC a mobilisé des prêts d’institutions de financement du développement et de banques commerciales locales pour un montant avoisinant 735 millions d’euros (soit 482, 9 milliards de francs)», explique Oumar Seydi, directeur régional d’IFC pour l’Afrique. La mobilisation des fonds pour ce projet, d’un coût de 1140 millions d’euros (près de 750 milliards de francs CFA), aurait donc sérieusement progressé.

Impact
«Cet investissement dans une énergie propre est indispensable pour faire baisser le coût de l’électricité» souligne Elisabeth Huybens, directrice des opérations de la Banque mondiale pour le Cameroun. Le projet Nachtigal va en effet permettre d’augmenter la capacité de production de l’électricité de 30%, à un coût de production très bas (un peu plus de 35 francs CFA). Alors qu’aujourd’hui, le coût moyen de production est d’environ 70 francs CFA).

De ce point de vue, le barrage devrait également avoir un impact positif sur les finances publiques. «Avec la construction du barrage de Lom Pangar en 2016, le montant annuel estimé de la compensation tarifaire est passé de 25 millions de dollars pour 12 mois (2017) à 16 millions de dollars pour 24 mois (2018-20). Quand il sera opérationnel, le barrage de Nachtigal permettra au pays d’économiser chaque année 100 millions de dollars supplémentaires de coûts de production», évalue la Banque  mondiale.

Aboudi Ottou

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *