Banque mondiale: Albert Zeufack prend la direction pays de l’Angola, la RDC, le Burundi, Sao Tomé & Principe

L’économiste camerounais va officiellement prendre ses fonctions au mois de juillet prochain.

Le Camerounais Albert Zeufack prend la tête de la direction de la Banque mondiale en Angola, RDC, au Burundi ainsi qu’à Sao Tomé et Principe. Il remplace à cette fonction le français Jean-Christophe Carret. Le portefeuille respectif de cette institution dans les pays concernés est respectivement de 4,8 milliards de dollars pour 24 en RDC, 1039,3 milliards de dollars en dons pour quatre projets au Burundi, entre autres.

Albert Zeufack grimpe à nouveau les échelons au sein de l’institution de Bretton où il officiait depuis mai 2016 en tant qu’économiste en chef de la Banque mondiale pour la région Afrique. Avant d’être nommé à ce poste, il était directeur au pôle mondial d’expertise en macroéconomie et finances publiques et chef de file d’une communauté d’experts de la Banque mondiale sur les économies de rente.

Il a rejoint la Banque mondiale qu’il a rejoint en 1997 dans le cadre du programme « jeunes professionnels».  Il y a commencé sa carrière comme chercheur au sein de la Division macroéconomie et croissance du Département de la recherche, avant d’occuper différents postes au sein des Régions Afrique, Asie de l’Est et le Pacifique, et Europe et Asie Centrale.

Albert Zeufack est titulaire d’un doctorat en sciences économiques du CERDI-Université de Clermont-Ferrand (France) où il a enseigné avant de rejoindre la Banque mondiale. Il est également titulaire d’un DEA en analyse et politiques économiques de l’Université de Yaoundé (Cameroun) et a suivi des enseignements professionnels à Harvard et Stanford.

Sur d’autres sphèresLe nouveau promu est par ailleurs membre du réseau de l’Organisation des Nations unies pour le développement durable, membre du Comité technique consultatif pour la Charte des ressources naturelles (Oxford), membre du Conseil consultatif de l’Institut pour la gouvernance des ressources naturelles (NRGI) et membre du Conseil d’administration du Consortium pour la recherche économique en Afrique (AERC).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *