Bamenda, kidnappings en modus vivendi

L’expression dit bien la réalité vécue par les populations ces derniers jours dans la capitale régionale du Nord-ouest.

On espérait une accalmie dans la cité capitale du Nord-ouest, après le grand dialogue national du 30 septembre au 4 octobre. Que nenni. On n’est pas du tout sorti de l’auberge de l’insécurité. La ville de Bamenda vit au rythme des enlèvements et demandes de rançons.  Le 8 octobre 2019, deux élèves du lycée d’Atiala par Nkwen dans l’arrondissement de Bamenda 3 sont victimes d’un rapt. De retour des classes, ils sont accostés par des individus armés non identifiés. Ces derniers les embarquent manu militari sur une motocyclette vers une destination inconnue. Ils seront libérés deux jours plus tard contre paiement d’une rançon.

Le même jour, dans le même secteur, un séminariste à l’école de théologie de Full Gospel est enlevé. Ses ravisseurs exigeraient 3 millions pour le libérer. Mercredi 9 octobre, quatre parents d’élèves sont happés à quelques mètres d’une école privée maternelle et primaire à Sonac Street. Ils venaient à peine d’y laisser leurs progénitures lorsque des hommes armés ont pointé un pistolet sur eux en leur ordonnant de monter à bord des motos de leurs compères. Ils sont conduits vers une destination inconnue.

Parents visés
Pendant ce temps à Mulang, un des quartiers de la ville de Bamenda, trois parents passaient à la trappe d’un autre groupes de ravisseurs. Jeudi 10 octobre 2019, sept élèves qui retournaient des classes sont encerclés à Metta quater par des brigands armés et embarqués vers un lieu inconnu. Le même jour et ce en matinée, deux individus armés tentent d’enlever un parent d’élève à l’école catholique St Joseph située dans le périmètre de la cathédrale métropolitaine de Big Mankon à Bamenda. Le parent en question était venu déposer ses enfants à l’école et partant participer à la réunion de l’Apee prévue ce jour. Suite à l’enlèvement, trois jours auparavant des élèves et enseignants, ladite réunion avait pour objet la sécurité des apprenants et leurs enseignants.

C’est ainsi que le parent victime de la tentative d’enlèvement, à bord de son véhicule en compagnie de ses progénitures, était non loin des salles de classe lorsqu’un brigand armés a ouvert brusquement la portière et s’est installé dans voiture, ordonnant à bout de fusil au parent de tourner la voiture. Surpris le parent a plutôt accéléré et heurté violemment un poteau sur une véranda. Ce qui a suscité la curiosité des autres parents qui étaient déjà en salle de réunion. Tous sont sortis vérifier et partant porter secours s’il en est besoin à la victime de cet accident.

C’est plutôt un coup de fusil qui a retenti. L’agresseur descendu du véhicule ayant tiré une balle réelle en l’air pour apeurer les parents et fuir. Malgré cela les parents vont vaincre la peur et se mettre aux trousses de ce voyou. Ce dernier va lancer l’arme à son acolyte qui attendait non loin de là. Alors que son complice réussit l’exploit de fondre dans la nature, l’agresseur en chef est rattrapé par les parents d’élèves. Il est copieusement tabassé avant l’arrivée des forces policières informées. Il est actuellement en exploitation à la direction régionale de la police judiciaire à Bamenda, en attendant d’être présenté devant le commissaire du gouvernement auprès du tribunal militaire et éventuellement déféré à la prison centrale de la cité capitale du Nord-ouest.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *