AMBASSADESEDITORIALINTÉGRATION NATIONALE

«Aujourd’hui on n’a plus droit à l’erreur»

Le manager sélectionneur des Lions indomptables donne un aperçu de l’état d’esprit de son groupe avant la rencontre contre les Lions de la Terranga ce vendredi au stade Charles-Konan-Banny. Morceaux choisis de sa conférence de presse du 18 janvier 2024.

Nous sommes en compétition. Je pense qu’aujourd’hui on n’a plus droit à l’erreur. On va faire tout pour essayer d’obtenir les trois points. Nous savons ce qu’il faut faire. On apprend tous les jours, nous ne commettrons plus les erreurs qui ont été faites par mes joueurs. Nous aborderons ce match avec beaucoup plus de sérieux. Demain on verra un autre visage, un match à la dimension de l’équipe nationale du Cameroun, surtout lorsqu’on se retrouve en situation difficile. Le plus important étant les trois points. Les matchs se suivent mais ne se ressemblent pas. Mes joueurs et moi sommes confiants. Aboubakar Vincent a repris. Sans toutefois aller plus loin, je ne pense pas que demain il puisse être apte. Pour Christopher Wooh, cela est possible, en attendant plus de détails du staff médical en fin de journée. Pouvez-vous me citer une équipe qui est type en tant que telle? Cela dépend de l’adversaire et dans le football moderne, ça peut changer à tout moment. L’important c’est d’avoir des joueurs compétents, qu’ils fassent ce qu’on attend d’eux. Si Onana sera titulaire ou pas contre le Sénégal, cela va dépendre de son état de forme. Il n’y a pas de problème, il nous a rejoints comme prévu, il s’entraîne. On aura un ailier de poste. Surtout, on aura une équipe où chacun sera à son poste. Nous n’avons aucune crainte. C’est mieux pour nous de jouer une équipe comme le Sénégal pour véritablement entrer dans la compétition. Si on revient sur les statistiques, je pense qu’on a toujours été au-dessus du Sénégal. Maintenant les années sont passées, ils ont une bonne équipe avec ce qu’Aliou a mis en place. Mais on reste les Lions indomptables avec plus d’étoiles qu’eux.

Propos sélectionnés par Joseph Ndzie Effa, stagiaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *