ATT-Rawlings : l’Afrique perd des généraux de la démocratie

En l’espace d’une semaine, l’Afrique a pleuré deux serviteurs de drapeau, deux putschistes mais deux fondateurs de démocratie. Aviateur militaire (pilote de l’armée de l’air du Ghana), Jerry John Rawlings renverse le régime de Fred Akuffo le 4 juin 1979 après avoir échoué à la première tentative. Il reprend les armes en décembre 1981 pour dégager Hilla Limann arrivé au pouvoir après des élections organisées par Rawlings.

Amadou Toumani Touré, dit ATT ou le soldat de la démocratie, va quant à lui évincer par coup d’Etat Moussa Traoré en 1991. Il dirige la transition avant d’organiser les élections et céder le pouvoir au civil en 1992. Il remportera l’élection présidentielle en 2002 et 2007. Il va à la fois consolider la démocratie et affaiblir stratégiquement le Mali.

Héritage
Deux figures totémiques de la démocratie en Afrique, mais davantage dans leur pays respectif, ont quitté la scène en moins de trois jours. Au moment où le leadership est convoité de tous les bords. Au moment où l’autoglorification, la discrimination des compagnons de projets et le culte de la personnalité sont des valeurs politiques et sociales de plus en plus validées, Amadou Toumani Touré et Jerry John Rawlings nous rappellent le sens et le contenu du leadership. Le leader est un appelé. Le leadership est un sacerdoce!

Amadou Toumani Touré a construit les contre-pouvoirs à l’ordre établi. Il a gouverné le Mali avec une haute idée de la reddition des comptes. Sa méthode: le «consensus». Pas de ces consensus à la va – vite. Pas de ces grandes messes dépensières où on met autour de la table les moins gênants. Le consensus que portait ATT était le plus large qui rassemblait même les plus réfractaires. Car pour lui, c’était des partenaires! Est-ce cette naïveté qu’on retrouvait chez ATT qui a finalement eu raison de lui? Car en fin de compte, la volonté manifeste d’impliquer et surtout d’intégrer l’ensemble des acteurs politiques à la décision politique au Mali a permis de faire germer les montagnes à sa tranquillité.

Le Mali lui doit la puissance de sa société civile et de sa presse. Jeune Afrique évoque «l’âge d’or de la démocratie malienne». Nous dirons simplement la capacité de ne pas gouverner pour soi!

«L’homme sage, c’est celui qui connaît ses limites» disait-il. Devenu traîne-misère dans son pays du fait d’avoir accepté de porter seul et dans le silence la culpabilité de la déstabilisation sécuritaire du pays, ATT a accepté que le leader porte seul les balafres de l’action collective et les trahisons.

Au Ghana, John Jerry Rawlings mérite bien ses sept jours de deuil national. Sept jours de drapeau en berne! La suspension d’une campagne d’élection présidentielle? Ca n’est pas assez. Y aurait-il cette campagne si Rawlings n’avait été au pouvoir? C’est en réalité toute l’Afrique qui devrait être en berne. La puissance du panafricaniste n’a peut-être d’égal que le charisme dont regorgeait l’homme.

En 1992, il démissionne de l’armée et fonde le National Democratic Congress (NDC). Élu démocratiquement en 1992, il sera réélu en 1996 pour un second mandat à la tête du Ghana. En 2000, la Constitution lui interdisant de briguer un nouveau mandat, Rawlings appuie la candidature de son vice-président, John Atta-Mills. Ce dernier échouera à s’imposer face à John Kufuor, mais Rawlings restera l’homme qui a tenu sa promesse et accepté de tirer sa révérence, non sans une certaine élégance. Ami de Thomas Sankara devenu conférencier Guest Star, acteur du panafricanisme qui n’hésite à prêter son aura ou son influence pour faire avancer les dossiers, il n’a pas hésité à donner son avis sur certaines questions sur le continent.

Les crises sociopolitiques nées d’une gouvernance déséquilibrée n’ont pas été des thématiques vierges. Au Cameroun, il fait partie des premiers à avoir appelé à un dialogue et à l’arrêt des violences. Avec lui également, on retiendra qu’on ne gouverne pas pour soi. Quelle génération de leaders en héritage? Quelle génération de leader s’abstiendra de se servir? Que Dieu protège l’Afrique !!!

Rémy Biniou

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Content is protected !!