DOSSIERPANORAMA

Atelier : Le patronat en mode Boot Camp

Donner des éléments devant permettre aux chefs d’entreprise d’être plus professionnels dans leur manière d’aborder le quotidien et les éléments à moyen et plus longs termes, c’est tout l’objectif de l’atelier de formation tenu ce jeudi 10 février 2022 à Youpwe dans l’arrondissement de Douala 1er.

Un atelier très couru par les jeunes entrepreneurs

Dans un cadre attrayant, au bord de la mer, fondateurs d’entreprise, directeurs généraux, responsables de division, entrepreneurs et porteurs de projet ont répondu présents à ce rendez-vous du donné et du recevoir organisé par le mouvement patronal E-Cam. La thématique du jour s’intitule, «share you vision make more profit». Elle a été choisie dans la mesure où au sein de groupement patronal E-Cam, «nous considérons que le partage de la vision d’un entrepreneur, son talent de communicateur doit être à la disposition de son projet entrepreneurial dans ce sens que plus vous partagez vos convictions, plus vous partagez ce que vous avez comme projet fondamentalement, plus vous partagez cette vision, plus vous avez des gens qui vont adhérer à votre projet», explique Brigitte Moumy, coordonnatrice du Boot camp. Pour la coordonnatrice, cette adhésion inclut toutes les parties prenantes qui vont donc être à l’écoute des chefs d’entreprises, à commencer par le personnel, puis l’environnement économique, ensuite les institutions et prioritairement les banques.

Il est question tout au long de cet échange de faire comprendre aux acteurs économiques que s’agissant de la démarche qui est la leur, «plus elle sera efficace dans sa communication et plus les banquiers seront capables de comprendre où ils veulent aller. Et à ce moment, le dialogue sera plus fluide pour eux. C’est l’occasion pour ces chefs d’entreprise de faire une sorte de diagnostic qui leur permettra tout au long de l’année de faire en sorte que les grandes décisions des étapes à franchir en 2022 soient réalisées», est-il indiqué.

Pour le mouvement patronal, le choix du mode Boot Camp pour la réalisation de ces projets ne s’est pas fait par hasard. «Nous avons choisi de travailler en mode Boot Camp qui est inspiré des méthodes qu’on attribue généralement à celle américaine. Le principe d’un Boot Camp c’est de challenger chacun pour qu’il sorte un peu de sa zone de confort et qu’il aille chercher au fond de son énergie de donner le meilleur de lui-même. L’idée c’est de dynamiser d’entrée de jeu les uns et les autres pour que l’année 2022 soit pleine de succès et qu’ils puissent atteindre leurs objectifs», entreprend Brigitte Moumy.

Paramètres
La création d’une entreprise émane d’une idée maîtresse. C’est pourquoi il faut savoir pourquoi se lancer dans un projet entrepreneurial. «Il faut avoir une idée, une vision, il faut être habité par le feu sacré pour pouvoir transformer les choses. Il faut savoir qu’est ce qui fait de vous ou de votre idée quelque chose d’unique, quelle est la valeur ajoutée que vous apportez à votre business. Si vous n’avez pas réfléchi honnêtement à cela ou n’avez pas fait une introspection nécessaire lors de l’architecture de votre projet entrepreneurial, il y a de forte chance que ça ne marche pas, parce que vous allez vous décourager, vous n’allez pas gagner d’argent au départ, vous allez mettre la clé sous le paillasson alors que peut être qu’il fallait être plus patient, plus résilient, plus déterminé et plus imperméable aux critiques qui ne manquent pas de fuser», rassure Serge Esso, formateur.

De plus, «il y’a aussi l’aspect managérial pur, faut avoir la rigueur, faut avoir de la discipline organisationnelle, financière, comptable et stratégique. Avoir la bonne idée ou le bon talent ne suffit pas, il faut l’entourer d’un certain nombre de process. C’est tout un ensemble de process qui doit être bien conçu, bien conceptualisé dès le départ et il faut faire preuve d’honnêteté intellectuelle et d’honnêteté envers soi-même. Ce sont ces fondements qui permettent la pérennité ou pas d’une entreprise», assure le formateur.

Se lancer dans projet entrepreneurial par mimétisme, cela veut dire qu’on n’est pas préparé, on n’a pas bien observé le marché, on n’a pas observé ceux dont les populations, les entreprises, la cible qu’on croit être la sienne, a besoin.

Diane Kenfack

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *