Archives : Bientôt des locaux neufs pour la mémoire nationale

Les travaux de réhabilitation et d’extension des bâtiments servant à la conservation du patrimoine historique du Cameroun ont été lancés le 27 mai 2019 à Yaoundé.

C’est un projet pensé dans ses moindres détails et porté au plus haut niveau. À Buea (Sud-Ouest) et à Yaoundé (Centre), deux bâtiments vont être érigés. Ils seront spécialement consacrés à la protection du fonds des archives nationales. En plus des magasins pour garder les archives papier, audio ou vidéo, il y aura une salle d’accueil pour les usagers et une autre pour l’exposition des objets d’art.

Bénéficiant d’un financement de cinq milliards quatre-vingt-huit millions (5 088 000 000) francs CFA, les travaux seront exécutés par l’entreprise chinoise China Machinery Engineering pendant 16 mois.

En lançant les travaux le 27 mai 2019 à Yaoundé, Pierre Ismaël Bidoung Mpkatt, ministre des Arts et de la Culture, a déclaré que la décision de lancer ce projet répond à une double volonté : celle de mieux rationaliser les archives et leur accès d’une part, et de décentraliser les grandes administrations vers les régions d’autre part.

Réveil tardif ?
Vieux bâtiments de l’époque coloniale (1930), affectés par l’usure du temps, saturés et par conséquent incapables de recevoir d’autres documents, les Archives nationales du Cameroun avaient depuis longtemps besoin du sang neuf afin de répondre aux normes et standards internationaux en matière de protection des archives. Pour le Dr Ekongolo, directeur adjoint des Archives nationales, le Cameroun n’est pas le dernier de la classe en Afrique. «C’est le continent africain qui est en retard dans l’histoire de la conservation et de la protection de ses archives», affirme-t-il. Les archives constituent un véritable patrimoine culturel écrit, audio ou vidéo d’un pays selon l’archiviste. Les archives retracent le travail effectué par des personnes à une certaine époque. Car sans travail, il n’y a point d’archives.

Les centres des archives nationales ont donc pour principales missions de collecter, de conserver, de communiquer, de contrôler des documents élaborés ou reçus par des personnes physiques ou morales de droit public ou privé ; de collecter tous les autres documents acquis à titre gratuit ou onéreux, temporaire ou définitif; de rassembler et de cataloguer au nom et pour le compte de l’État des documents ; de participer aux activités scientifiques nationales ; de concourir en tant que de besoin à l’éducation, à la formation et à la recherche dans le domaine archivistique.

Télesphore Mbondo Awono (Stagiaire)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *