Appui au développement : des Japonais pour moderniser la pêche à Douala

L’argent servira à la réalisation de la construction d’un débarcadère et d’un marché de poissons de Youpwè.

L’argent servira à la réalisation de la construction d’un débarcadère et d’un marché de poissons de Youpwè.

Dans deux ans, la localité de Youpwè, située au bord du fleuve Wouri dans l’arrondissement de Douala 1er, sera dotée d’un quai de débarquement pouvant accueillir une trentaine de pirogues et un marché moderne de poissons. La réalisation de ces infrastructures d’un coût d’environ 7 milliards de francs CFA sera financée par l’Agence japonaise de coopération internationale (JICA). Un accord de don a été signé le 12 décembre entre l’ambassadeur du Japon au Cameroun et le ministre camerounais de l’Economie, de la planification et de l’aménagement du territoire (Minepat).

Sur le plan économique, Il est attendu que l’infrastructure multiplie les échanges tout en intensifiant l’activité de pêche et la commercialisation de ses produits avec les pays voisin comme le Nigéria et la Guinée Equatoriale. L’infrastructure annoncée devrait contribuer à la dynamisation de l’activité économique autour de la zone d’influence, entrainant un flux de capitaux au bénéfice de la communauté et des populations. Elle va par conséquent générer des emplois directs et de milliers emplois connexes. Sur le plan social, le projet devrait apporter le confort lié au meilleur état des infrastructures et de l’environnement, notamment de meilleures conditions de travail, de sécurité sanitaire des populations et une amélioration de l’accès à l’éducation. Enfin, il est attendu un système d’assainissement et de gestion durable mis en place par le projet qui contribuera à réduire les émissions des gaz à effets de serre. Ce qui réduira la dégradation de l’écosystème au plan environnemental.

Appel

Lors de la signature de la convention de financement, Louis Paul Motaze a émis le vœu de voir la façade maritime de Limbe bénéficier aussi des financements japonais. «Notre souhait le plus profond serait que la ville de Limbe bénéficie des mêmes infrastructures, de la part du Japon, dans les années à venir. Après Kribi, Douala, il ne reste que cette ville dans la façade maritime du Cameroun pour que tous les Camerounais puissent profiter de l’expérience et du savoir-faire japonais dans le domaine», a-t-il déclaré à l’endroit de Kunio Okamura, l’ambassadeur du Japon au Cameroun.

De même, le ministre de l’Economie a invité le partenaire japonais à prendre des initiatives, en ce qui concerne le développement et l’intégration des filières et modules de formation spécifiques dans les instituts et écoles de formation en pêche et industries halieutiques. Ceci pour une utilisation optimale de ces infrastructures offertes par le Japon.

Augustin Tacham (Stagiaire)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *