Appui aux transports au Cameroun : la passe de 187 milliards FCFA pour la BAD

C’est le montant cumulé de ses investissements dans la phase II de ce programme dans notre pays. À travers deux accords de prêts.

Photo de famille devant la plaque commémorative

L’échangeur-trompette d’Obala, récemment mis en service, fait partie d’un programme gouvernemental de grande envergure : le Programme d’appui au secteur des transports. Il est déjà entré dans sa phase II. La Bad a mobilisé pour sa mise en œuvre, « des ressources d’un montant cumulé d’environ 187 milliards FCFA, à travers deux accords de prêt ». De quoi satisfaire le directeur général de l’institution bancaire continentale pour l’Afrique centrale. Car pour Serge N’Guessan, il s’agit de «l’un des investissements les plus importants dans ce pays». Le responsable régional l’a fait savoir ce 10 novembre 2022 devant un parterre de personnalités. En précisant que ces prêts ont été obtenus aussi bien au guichet de la Bad qu’à celui du Fonds africain de développement (FAD).

Portefeuille de la Bad
Le portefeuille de la Bad comprend au 10 novembre 2022, de nombreux projets routiers emblématiques. À l’exemple du « bitumage des premières sections achevées de la Nationale 14 (259 km) avec la construction du pont sur le fleuve Sanaga à Nachtigal (Phase I, Bad 101 044 milliards FCFA et FAD : 9 249 milliards FCFA) ; du bitumage de la route Maroua-Bogo ; de l’axe Sangmelima-Bikoula-Djoum-Mintom-Lélé-Ntam-Mbalam (305 km); du corridor Sangmelima-Ouesso en République du Congo ; et de la mise en service pressante du pont sur la Cross-River entre Ekok et Enugu au Nigéria (Bad : 61 672 milliards FCFA) ».

L’énumération du ministre des Travaux publics va plus loin. Pour intégrer le reste des projets de la phase II financé à hauteur de 177 208 milliards FCFA par la Bad et de 10 596 milliards FCFA par le FAD. On y retrouve notamment le « Projet d’aménagement de la route Kumba-Mamfé (FAD : 37 808 milliards FCFA) ; le Projet intégrateur du réseau routier dans le Bassin du Lac Tchad-Pont sur le Logone (Bad : 21 857 milliards FCFA ; FAD : 7 789 milliards FCFA) et le projet d’aménagement des Routes de désenclavement de la Zone industrielle et portuaire de Kribi (PARZIK ) (FAD 100 995 milliards FCFA) ».

Sans être exhaustif, Emmanuel Nganou Djoumessi évoque aussi « la réhabilitation de la route Maroua-Mora (70 km) ; l’aménagement de la section routière du port d’Olama-Bingambo ; la mise en service de l’autoroute Kribi-Lolabé (38,7 km, plus 4 km de voies de rétablissement); le bitumage de la section routière Yoko-Lena-Tibati-Ngatt (212 km) ; de l’axe Grand-Zambi-Kribi (53 km); de l’axe Bamenda-Batibo-Numba (65 km); et le bitumage de l’axe Mengong-Sangmelima (74 km)».

On mentionne par ailleurs au ministère des Travaux publics le « Projet d’aménagement de la route Ketta-Djoum et de facilitation du transport sur le corridor Yaoundé-Brazzaville ». La Bad ya investi 40 704 milliards FCFA. Compte non tenu de ce que l’institution bancaire régionale s’est aussi engagée à mobiliser dans le cadre de la phase III, une enveloppe de 117,78 milliards FCFA.

Reliquat
Dans l’ensemble, « le Programme d’appui au secteur des transports du Cameroun mobilise un volume financier de 249 141 milliards FCFA ». Il en résulte dès lors pour Emmanuel Nganou Djoumessi, la nécessité d’intégrer d’autres projets. Le membre du gouvernement compte parmi ceux-ci «la réhabilitation de la route pont d’Ebebda-Bafoussam ; l’aménagement de 40 kilomètres de voiries urbaines le long des principales villes traversées par cet aménagement; l’aménagement de la traversée urbaine de Bafoussam (10,5 km); et le bitumage de la route Grand Zambi-Kribi déjà achevée ».

Des données révélées par le directeur général de la Bad pour l’Afrique centrale. Serge N’Guessan assure en effet que «la section Yaoundé-Bafoussam-Babadjou est complètement réhabilitée, que toutes les villes traversées ont fourni d’aménagement d’un linéaire important de voiries urbaines, et que la route Grand-Zambi-Kribi ouverte à la circulation contribue au renforcement de l’accès à la zone portuaire de Kribi ».
Le Mintp fait enfin observer que « les villes d’Obala et de Monatélé ont respectivement de 2 km et de 5 km de voiries urbaines dans le cadre de ce projet ».

Perspectives
Le secteur des transports devrait conserver sa vitalité dans les prochaines semaines au Cameroun. Toujours avec le concours de la Bad, les autorités devaient lancer ou achever « les travaux de Bogo-Pouss, de la Ring Road, section Kumbo-Nkambe-Misaje ou encore ceux des routes de désenclavement de la zone industrielle et portuaire de Kribi ». Au gouvernement et à la Bad, on y voit la preuve de « un engagement certain et constant de l’institution bancaire régionale aux côtés du Cameroun ».

Théodore Ayissi Ayissi

 

Ils ont dit

Emmanuel Nganou Djoumessi, ministre camerounais des Travaux publics

« Nos remerciements à la Bad et aux autres partenaires techniques et financiers »

Ce projet embellit Obala et contribue à l’amélioration du bien-être. Je voudrais demander le directeur général de la Bad, ensemble, l’équipe qui l’accompagne, pour sa présence distinguée qui témoigne encore de son engagement aux côtés du Cameroun. Le 10 juin 2020, vous avez assisté au démarrage des travaux de construction de cet échangeur. Ce qui marquait le début de la transformation du carrefour Obala pour une gestion efficace des trafics provenant des nationales Yaoundé-Batchenga-Bouam, etc. (264 km) et entre Yaoundé-Bafoussam qui se croisent.

Nos remerciements à la Bad et aux autres partenaires techniques et financiers qui soutiennent la mise en œuvre du vaste mouvement infrastructurel de notre cher et beau pays. Contribuant ainsi éloquemment à la concrétisation de la volonté du chef de l’État, au développement des infrastructures routières pour impulser le progrès.

 

 

Simon Pierre Ediba, maire de la commune d’Obala

« Les conditions sont réunies pour l’implantation d’un port sec à Obala »

L’échangeur-trompette va fluidifier la circulation sur l’axe Obala-Olembé-Yaoundé. Avec la construction d’un péage automatique et ultramoderne à Nkometou. Des réalisations dont la portée socioéconomique au profit de notre localité n’est plus à supprimé. Ce bel instrument de musique « la trompette » que le président Paul Biya vient de nous offrir, va nous permettre de chanter les louanges du Renouveau national en route pour un Cameroun émergent.

Au ministre des Transports où vont être rétrocédées les aires de repos, la Commune d’Obala souhaite son implication dans la gestion de ces aires pour renforcer son autonomie financière. Obala a aussi entendu parler de port sec. Monsieur le ministre, ces infrastructures nous font croire que toutes les conditions sont réunies aujourd’hui pour que ce corridor des grands échanges accueille un port sec et héberge cette base logistique qui pourra permettre de mieux alimenter le commerce extérieur.

 

Serge N’Guessan, directeur général de la Bad pour l’Afrique centrale

« Le projet enregistré des avancées significatives et des résultats probants »

Le Programme camerounais d’appui au secteur des transports a pour mais d’améliorer la performance de la chaîne logistique des transports entre les villes de Yaoundé, Bafoussam et Babadjou. Dans le continuum du corridor Bamenda-Enugu, Maroua-Bogo-Pouss, et du corridor Yaoudé-Olama-Kribi. Ce projet démarré en 2017, enregistré aujourd’hui des avancées significatives et des résultats probants.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *