Année scolaire 2022-2023: les déficients auditifs dans le train de la rentrée

L’École spécialisée pour enfants déficients auditifs (ESEDA) a accueilli le 5 septembre dernier à Yaoundé, de jeunes bambins qui font leurs premiers pas à la maternelle.

L’année scolaire 2022-2023 a bel et bien démarré sur toute l’étendue du territoire du Cameroun. L’Ecole spécialisée pour enfants déficients auditifs (ESEDA) n’est pas restée à la traine. Elle a ouvert ses portes aux nouveaux élèves qui font leurs premiers pas à la maternelle. Mais dans la salle de classe ce 8 septembre 2022, six élèves seulement sont présents. La stigmatisation des parents y est pour beaucoup. «L’une des difficultés que nous rencontrons pendant cette période est la lenteur des parents qui traînent le pas et tardent à inscrire leurs enfants», regrette Francine Angue, directrice de l’ESEDA.

C’est un problème qui date, puisque l’enfant handicapé est «toujours pris en charge après l’enfant dit normal. Donc les parents scolarisent dans un premier temps l’enfant normal, et l’enfant handicapé vient après. Nous saisissons souvent les périodes de la rentrée scolaire pour les sensibiliser sur la nécessité de donner les mêmes chances d’éducation à tous les enfants. Tous les enfants ont droit à l’éducation. Donnez les mêmes chances à vos enfants, handicapés soient-ils, et vous serez surpris», poursuit-elle.

Adaptation
La première semaine est une période d’observation des enfants. Surtout ceux de la maternelle qui ont de la peine à se détacher des parents. Pour y parvenir, «nous faisons ce qu’on appelle la guidance parentale. Parce que le parent qui vient avec son enfant handicapé est le premier handicapé. Il est figé dans son esprit et plein d’idées préconçues. Il faut donc lui redonner espoir. Ensuite pour permettre à l’enfant de se détacher de son parent, il passe un petit temps avec l’enfant, et dès qu’il est distrait, le parent s’en va. Il va certes pleurer, on substitue le parent avec quelques jouets. Ce n’est pas facile au début, mais ils finissent par s’adapter avec le temps», explique le professeur spécialisé des enfants déficients auditifs.

Nonobstant les préjugés liés aux enfants déficients auditifs, le personnel enseignant n’abdique pas dans ses missions d’insertion et d’intégration des jeunes de la maternelle en milieu scolaire. «Quand l’enfant arrive à la maternelle, l’objectif premier c’est de lui apprendre à communiquer. La deuxième chose c’est de lui apprendre à parler à travers les séances d’orthophonie, et lui apprendre le bruit à travers les séances d’éducation auditive, voilà comment nous lançons les bases. Et nous y mettons également les signes de la langue française. Parce que la langue des signes, c’est la première langue des enfants déficients auditifs», explique la directrice de l’Eseda. En dehors de ces disciplines spécifiques des enfants déficients auditifs, nous enseignons toutes les autres disciplines au programme dans le cursus normal pour une formation complète de nos enfants», renchérit-elle.

Activités périscolaires
Pour le plein épanouissement de l’enfant handicapé, l’année scolaire repose sur plusieurs activités périscolaires, notamment la journée de la langue des sourds le 23 septembre, la journée mondiale de la personne sourde du 25 au 29 septembre et la journée de la personne handicapée le 3 décembre. «Il s’agit là des activités post et périscolaires pour épanouir les enfants. Pour ce faire, nous organisons des danses, des sketchs, les matchs de football et autres disciplines. Lorsque ces enfants découvrent leur domaine, ils explosent», conclut Francine Angue directrice de l’Eseda.

Articles liés: Education inclusive: Boniface Tatou plaide pour le renforcement des ressources humaines

Année scolaire 2022-2023 au Cameroun: sous de bons auspices pour les Maliens

Olivier Mbessité

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *