ENTREPRISEPANORAMA

Ambiance : Camtel, après la minute du décret

Le texte, signé le 14 décembre 2018 par Paul Biya, a débarqué David Nkoto Emane du poste de directeur général de cette entreprise d’État. En interne, le procès a d’ores et déjà commencé. 

Siège de Camtel à Yaoundé

Des histoires de fin de carrière difficile, il en existe des dizaines, voire des centaines. Celle de David Nkoto Emane, le désormais ancien directeur général de la Cameroon Telecommunications (Camtel), est bien plus singulière. Depuis 2016 en effet, il est dans le viseur de la justice, avec en bonus, une interdiction de sortie du territoire camerounais, sur instruction de Paul Biya. Après la lecture du décret le limogeant, un certain clan à la Camtel a eu le regard baissé, face à une imminente descente aux enfers. Quels que soient leur parcours, leur profil ou leur situation, pour eux tous, un même cauchemar commence. En effet, il y a bientôt deux ans, le Contrôle supérieur de l’État (Consupe) et la commission anticorruption avaient enquêté et acheminé des dossiers sulfureux (irrégularités dans la gestion des fonds, perceptions de primes non justifiées, fraudes aux frais de missions…) à la présidence de la République.

Dans les causeries, on s’abstient d’insister sur le «cap» qu’il faudrait garder et le programme à mettre en œuvre, tant le limogeage du «boss» dit à lui seul la gravité de la situation. Dans la cour, l’on précise que David Nkoto Emane avait, lui-même, alerté sur la dangereuse issue des enquêtes du Consupe. Il appelait, dit-on, à lutter contre la spéculation financière et à créer des mécanismes de recomposition de la Camtel. «Le 10 décembre, raconte un cadre, au cours d’une réunion, on lui a dit notre exaspération de voir tout tomber de haut». Pendant une heure et demie, apprend-on encore, Nkoto Emane a écouté, sans dire un mot, le long catalogue des fautes dénoncées par quelques délégués du personnel.

Défense ?
À côté, d’aucuns se souviennent du temps de la splendeur de l’ex-DG et s’interrogent. «Comment la haine a-t-elle pu déborder des fenêtres de l’entreprise, quand on sait que Camtel a signé un accord avec les opérateurs MTN, Viettel et Orange ? Cet accord portait sur l’utilisation de la fibre noire, et devait générer un revenu de 15 milliards de francs CFA par an pendant dix ans», relève un cadre de l’agence commerciale et marketing de l’entreprise. S’attardant sur le parcours de David Nkoto Emane, d’autres disent que l’infortuné «est la boîte noire de la Camtel». Ceux-là allèguent que l’ancien patron paye le prix de la crise anglophone. «Sitôt qu’il est remplacé par Judith Yasonde épouse Achidi, on comprend», appuie un homme.

Jean-René Meva’a Amougou

 

Nominations à la tête des structures publiques 

• Mission de développement du Nord-Ouest (Mideno)
DG : Matoya Cletus Anye

• École Nationale d’Administration et de Magistrature (Enam)
DG : Soumbou Angoula Bertrand Pierre
DGA : Harouna (Mle 689 032-R)

• Société Cameroon Telecommunications (Camtel)
PCA: Mohamadou Saoudi
DG : Judith Yasonday, épouse Achidi
DGA : Olle Daniel Désiré

• Société Camerounaise des Dépôts Pétroliers (SCDP)
DGA : Moampea Mbio née Manzoua Véronique

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *