Ambassade de France au Cameroun : À fond dans le branding diplomatique

Dans sa communication sur les réseaux sociaux, la chancellerie promet certains aspects spécifiques et perçus comme positifs de ses activités au pays de Paul Biya.

 

Sur sa page Facebook, ce 4 janvier 2023, l’ambassade de France au Cameroun a du matériau pour «Le Chiffre du Mercredi». « En 2022, près de 25 000 demandeurs ont déposé une demande de visa auprès des services de l’ambassade de France au Cameroun et du Consulat général de Douala. Environ 20 000 visas ont été délivrés après examen de leurs dossiers : ce sont près de 8 usagers sur 10 qui obtiennent leur visa à l’émission de leurs démarches ! », y lit-on. Visiblement engagée dans une approche positive de son « travail », la chancellerie informe en même temps qu’elle séduit à l’aide de chiffres collants. Cette approche se confirme quand l’ambassade de France à Yaoundé renseigne encore sur sa page facebook que «Depuis 2012, 145 Camerounais ont amélioré de l’aide à la création d’entreprise de l’Office Français de l’Immigration et de l’ Intégration – OFII France, pour près de 653M FCFA accorde 352 emplois. Cette aide peut s’élever jusqu’à + de 4M FCFA (6300 €)».

Analyse
Pour des spécialistes de la communication diplomatique, le choix de la représentation diplomatique française est à lire sous le prisme d’un besoin de transformation de son image aux yeux du public camerounais. « La démarche consiste alors en un branding sur opérationnel des supports digitaux les plus courus par des gens ordinaires », commente Jordan Ebobissé. « En pénalisant de la valeur pour le grand public qui bénéficie d’un meilleur ciblage, la même démarche se déploie dans un contexte plus ou moins lisible d’agrégation du sentiment anti-français », poursuit l’expert camerounais en questions de communication diplomatique .

Actualité et contexte obligeant donc à un effort d’interprétation de la communication de Paris au Cameroun. « De ce point de vue, enchaîne Daniel Nkomba, l’ambassade de France qui, à tort ou à raison, se trouve sous le feu croisé de vives critiques, se veut maintenant plus flexible que rigide, plus créative que réactive ». «En allant aux tréfonds des contenus proposés, l’on pourrait expliquer que leur nature éditoriale naît du frottement entre des tendances lourdes (sentiment de perte de prestige notamment) et des enjeux géostratégiques», analyse encore Jordan Ebobissé.

Sur ce sujet, un exemple de publication témoigne du projet « rajeuni » de satisfaction des Camerounais : « 9 projets de création d’entreprise ont été soumis aujourd’hui au comité de sélection de l’Ambassade de France au Cameroun : le financement par l’ Office Français de l’Immigration et de l’Intégration – OFII France de ces projets, qui génèrent 20 emplois directs dans les domaines de l’agriculture, des services et du commerce, s’élève à près de 40M FCFA».

Ongoung Zong Bella

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *