Afrique centrale : la réponse aux catastrophes préoccupe

Les représentants de la protection civile des différents pays d’Afrique centrale, les membres du Réseau des parlementaires pour la résilience aux catastrophes en Afrique centrale (Reparc), les représentants de la CEEAC et les sociétés du Mouvement de la Croix-Rouge ont tenu, à Bujumbura au Burundi, la 8e consultation annuelle de préparation et de réponse aux catastrophes en Afrique centrale. Au regard du plan d’action de Yaoundé, ils ont convenu d’accroître la préparation et la réponse aux catastrophes. Ils se sont en outre engagés à renforcer les systèmes d’alerte précoce, et à développer un plan de contingence transfrontalier pour la gestion des épidémies centrée sur la maladie à virus Ebola.

L’objectif était d’échanger les bonnes pratiques et les expériences vécues dans les différents pays membres de la CEEAC, et de mettre place un plan de contingence pour une réponse plus efficace et efficiente dans la gestion des risques de catastrophes.

Vulnérabilité
Selon la CEEAC, les catastrophes à l’origine des crises humanitaires majeures en Afrique centrale se présentent selon la grille ci-après : 70% pour les aléas climatiques (inondations, sécheresses, orages) ; 20% d’aléas sanitaires (maladies hydriques et épidémies comme le virus Ebola) ; 8% pour les aléas géologiques (éruptions volcaniques, éboulements rocheux et glissements de terrain) ; les troubles sociaux représentent la dernière tranche et pèsent 2%.

Les réponses à tous ces aléas, selon les parties prenantes, passent par 4 actions à savoir : la planification des réponses à toutes les éventualités liées aux catastrophes ; la mise en place d’un système de communication et d’alerte rapide ; la mobilisation des ressources humaines, matérielles et financières pour la mise œuvre des mesures préconisées ; l’implication de tous les partenaires techniques financiers, toutes les couches de la société et la prise en charge.

Zacharie Roger Mbarga 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *