Afrique centrale : les pays ne respectent pas les critères de convergence

Constat du Collège de surveillance multilatérale qui s’est tenu les 11 et 12 mars à Douala.

Fatima Haram Acyl; la vice-présidente de la Comission de la Cemac.

En 2018 « les résultats restent contrastés en matière de convergence des économies de la zone » Afrique centrale. Ce constat est du Collège de surveillance multilatérale de la Commission de la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (Cemac).

Le Collège a ainsi observé que sur les critères de convergence « aucun pays n’a observé l’entièreté des quatre critères ».

Les bons élèves sont néanmoins la « Centrafrique et la Guinée Equatoriale » qui ont respecté « chacun trois critères de convergences à l’exception de celui portant sur l’absence d’arriérés de paiement ».

Le Cameroun, le Gabon, le Tchad en ont observé chacun deux, à savoir ceux relatifs à l’endettement et à l’inflation pour le Cameroun, ainsi que deux afférents au solde budgétaire de référence et à l’endettement pour le Gabon et le Tchad. Le Congo a respecté un seul :  celui relatif à l’inflation.

Au demeurant, le Collège remarque une reprise de la croissance économique à 1.8% en 2018, après deux années successives de récession, « suite à l’augmentation substantielle de la production pétrolière au Congo et au Tchad ».

Globalement, les indicateurs macroéconomiques sont « favorables ». Cependant ils ne sont toujours pas inclusifs, déplore le Collège de surveillance. « La Communauté reste confrontée à d’importants défis qui compliquent l’objectif d’une croissance durable et inclusive pour réduire la pauvreté, améliorer l’égalité et créer des emplois à un plus grand nombre de nos concitoyens », fait observer l’instance dirigée par la vice-présidente de la commission de la Cemac, Fatima Haram Acyl.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *