Afrique centrale : Attention… Danger

 

L’Onu constate la phobie du dialogue. Toutes choses qui conduisent les pays de cette communauté économique régionale vers l’impasse.

Attention danger

Le16e rapport du Secrétaire général de l’Onu sur la situation en Afrique centrale et les activités de l’Unoca estime qu’«un des facteurs clefs de la stabilité en Afrique centrale est la mise en œuvre de processus électoraux inclusifs, authentiques et crédibles». Bien plus, la promotion et la protection des droits de l’homme permettraient, selon ledit rapport, des «solutions durables aux conflits et qui doivent s’inscrire dans le cadre d’un dialogue politique pacifique et sans exclusive».

Le rapport sur l’Afrique centrale, présenté le mardi 4 juin 2019 par le représentant spécial François Louncény Fall, couvre la période allant du 30 novembre 2018 au 15 mai 2019. Sur cette période «la situation politique en Afrique centrale est restée instable et très tendue du fait des récentes élections, des problèmes liés à la sécurité et des difficultés rencontrées dans le domaine des droits de l’homme», souligne le rapport.

Afrique en miniature
Le Cameroun est une illustration parfaite du diagnostic posé par l’Onu dans la région. Cristallisant plusieurs situations délicates sur le plan sécuritaire, politique et humanitaire, le pays est à la frontière des braises de certains membres du Conseil de sécurité concernant la situation humanitaire et des droits de l’homme.

«Le règlement pacifique de la crise par la voie du dialogue n’a pas enregistré d’avancées décisives, et les répercussions humanitaires ne cessent de s’aggraver. Je suis également préoccupé par la situation alarmante des droits de l’homme dans les deux régions», relève le rapport de l’Onu. Avant de recommander : «j’exhorte les autorités nationales à tirer parti de tous les appuis nécessaires afin d’engager un dialogue politique véritable et sans exclusive». Votre journal propose de lire à travers des chiffres – clés actualisés la situation de l’Afrique centrale vue de l’Onu.

Zacharie Roger Mbarga

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *