À Maroua et à Guider : la foire à l’énergie solaire

30 Méga Watts (MW) d’électricité disponibles grâce à deux centrales solaires. De quoi maintenir l’équilibre entre l’offre et la demande en électricité dans la partie septentrionale du Cameroun.

 

«44.800 panneaux solaires de 385 à 415 Wp chacun à Guider dans la région du Nord, 44.000 panneaux à Maroua dans la région de l’Extrême-Nord!» D’une énergie déficitaire à celle décrite dans le discours de Gaston Eloundou Essomba (ministre de l’Eau et de l’Énergie), l’exploitation des centrales solaires photovoltaïques dans les deux localités est désormais empreinte de l’idée d’énergie de tous les possibles dans le Réseau interconnecté Nord (RIN). Mis en place à la demande d’Eneo Cameroon, les deux ouvrages inaugurés ce 22 septembre 2023 laissent en effet deviner la palette de possibilités ouvertes sur les plans énergétique, économique et social de la partie septentrionale du Cameroun. Selon Gaston Eloundou Essomba, les perspectives qui en découlent ne profitent pas uniquement au consommateur final, mais à toute la chaîne de valeur de l’énergie électrique de la zone. «L’entrée en service officielle de ces deux centrales solaires permettra d’améliorer de manière substantielle la qualité du service public de l’électricité dans la partie septentrionale du pays, jadis sujette à des baisses drastiques de production du barrage de Lagdo, dues à des problèmes d’hydrologie. Ces centrales induisent l’arrêt des centrales thermiques autrefois utilisées pour renforcer l’offre de production dans cette partie du pays, générant ainsi des économies budgétaires pour l’État », vante le Minee.
Pour dire l’importance des centrales solaires de Maroua et de Guider autrement, Eneo Cameroon brandit un exemple. D’après le concessionnaire du service public de l’électricité au Cameroun, «au premier trimestre 2023, les régions du Nord, de l’Adamaoua et de l’Extrême-Nord, qui constituent le RIN, n’ont pas connu les habituels délestages pour cause de déficit de production». «Il s’agit d’une grande première depuis 3 ans», insiste-t-on chez Eneo-Cameroon.

JRMA

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *