Infrastructures régionales: Le coup de pouce de l’Union européenne

Bruxelles va contribuer à la construction de deux ponts qui vont faciliter les échanges entre le Cameroun et deux de ses voisins.

Photo de famille à l’issue des discussions.

Les travaux de construction du pont sur le Logone à l’Extrême-nord et celui sur la Cross River dans Sud-ouest devraient être lancés en début 2019. «Pour les deux ponts, les conventions de financement ont été signées à Bruxelles il y a deux semaines (27 avril 2018 NDLR). Il y a encore une question liée au niveau d’endettement du Cameroun.

Mais le planning prévoit que les travaux commencent en début 2019», informe Aliou Abdoullahi. Le coordonnateur de la Cellule d’appui à l’ordonnateur national du Fonds européen de développement (Caon-Fed) s’exprimait le 08 mai dernier au sortir d’une visite de courtoisie effectuée à la délégation de l’Union européenne (UE), puis au siège de la cellule, par une délégation gouvernementale à l’occasion de la célébration de la fête de l’Europe.

Intégration n’a pas pu avoir les détails sur la nature du problème en rapport avec le niveau d’endettement du Cameroun. En revanche, il est acquis que, pour la construction de ces deux ouvrages, l’UE met sur la table sous forme de don, 65 millions d’euros (environ 43 milliards de francs CFA), soit un peu plus de 26 milliards de francs CFA pour le premier pont et plus de 16 milliards pour le second pont.

Le reste du financement est assuré par un prêt de la Banque africaine de développement (Bad). A la Caon-Fed, on précise que le financement de Bruxelles est un soutien de l’UE au Cameroun «dans son rôle de pays pivot pour le développement des infrastructures régionale».

Projets intégrateurs

Le pont sur le fleuve Logone, entre Yagoua (Cameroun) et Bongor (Tchad) va contribuer à l’amélioration de la circulation des biens et des personnes et au désenclavement des zones à fort potentiel économique entre la région septentrionale du Cameroun et le Nord-Est du Tchad. Ce projet ambitionne de redynamiser les échanges commerciaux entre le Cameroun et le Tchad.

Ces échanges sont lourdement affectés par la présence de la secte terroriste Boko Haram. Du pont à double voie (de 402 mètres, sur la Cross River entre Bamenda -Cameroun- et Enugu -Nigéria), il est attendu la fluidité du trafic au passage de la frontière entre les deux pays. Ce pont aura, par ailleurs, la particularité de faciliter les échanges socio-économiques et commerciaux entre la Communauté économique des Etats de l’Afrique centrale (CEEAC) et la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’ouest (CEDAO).

D’autres projets d’infrastructures d’importance régionale sont déjà en phase de maturation. On peut citer le projet d’interconnexion électrique entre le Cameroun et le Tchad. Selon nos informations, les études financées par l’UE sont déjà disponibles et Bruxelles serait disposée à contribuer à hauteur de 30 millions d’euros (près de 20 milliards de francs CFA) pour sa réalisation.

Dans la pipe également, le réaménagement du tronçon Magada-Maroua sur la Route nationale n°1 et du segment Magada-Yagoua sur la Route nationale n°12 dans l’Extrême-nord dont les études techniques menées toujours sur financement de l’UE sont en cours. En maturation aussi, la rénovation du chemin de fer entre Belabo et Ngaoundéré et de la construction de la Ring-Road.

Aboudi Ottou

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *