Concours de recrutement à la Beac: le gouverneur désavoué

Une instruction de Hervé Ndoba, président du Comité ministériel de l’Umac, demande ce 1er août 2022 à Abbas Mahamat Tolli, de surseoir au processus en raison d’incidents significatifs susceptibles de ternir l’image de l’institution sous-régionale.

Le concours pour le recrutement des agents d’encadrement supérieur à la Banque des États de l’Afrique centrale (Beac) vient de connaître un rebondissement. En raison d’une instruction donnée ce 1er août 2022 au gouverneur de l’institution sous-régionale par le président du Comité ministériel de l’Umac. Laquelle demande à Abbas Mahamat Tolli de «surseoir, de manière immédiate, à ce processus de recrutement», selon les propres mots de Hervé Ndoba.

À en croire le ministre centrafricain des Finances et du Budget, «la publication des premiers résultats de ce concours fait apparaître des situations et exemples dont il est certain, pour le moins, qu’ils portent indubitablement et gravement préjudice à l’image de la Banque». Ce qui du point de vue du dirigeant communautaire, «l’oblige à intervenir en tant que président  de deux structures constituant les organes décisionnels de l’institut d’émission, dont l’image constitue l’actif le plus fondamental».

L’instruction de ce 1er août 2022 prive ainsi de son effet la circulaire signée le 29 juillet dernier par le gouverneur de la Banque centrale. Selon son libellé, elle porte «admissibilité aux épreuves orales et aux test psychotechniques relatifs au concours de recrutement  des agents d’encadrement supérieur». Et elle constitue, sans doute, le prétexte de la décision du président du Comité ministériel de l’Umac.

Hervé Ndoba se présente dès lors comme le garant d’un processus «d’intégration des ressources humaines les plus qualifiées, aux fins d’assumer les tâches dévolues à la Banque centrale par les chefs d’État de la Cemac, qui doit obéir à des impératifs alliant  nécessairement mérite, égalité des chances, transparence et exigence permanente de compétence».

Le ministre centrafricain des Finances et du Budget annonce dans cette perspective «une évaluation approfondie qui sera faite par le Conseil d’administration de la Beac et le Comité ministériel de l’Umac». ­À charge pour Abbas Mahamat Tolli de «convoquer promptement des sessions extraordinaires afin que des mesures adéquates soient prises et que des orientations précises soient communiquées», renseigne le communiqué parvenu à notre rédaction.

 

Théodore Ayissi Ayissi

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *