Kribi-Lolabé et autres corridors régionaux: la Commission de la Cemac au contrôle

La Commission de la Cemac a entrepris ces derniers jours, de donner un coup d’accélérateur au développement des corridors régionaux en zone Cemac.

Le Dg du Port de Kribi et le président de la Commission de la Cemac

Le Pr Daniel Ona Ondo s’est personnellement rendu ce 26 juillet 2022 dans la cité balnéaire de Kribi au Cameroun. Il y a visité le Port autonome (PAK) selon lui «à l’avant-garde de tous les projets portuaires de la sous-région». Le dirigeant communautaire s’est notamment félicité de ce que «le PAK est un facilitateur de l’intégration par les flux de transports inter-États, à travers le corridor Kribi-Bangui-Kisangani, retenu dans le cadre du Plan directeur des Transports en Afrique centrale». Il a en outre exprimé sa satisfaction au sujet de l’autoroute Kribi-Lolabé longue de 38 km. «C’est un projet tellement intégrateur. Et il fallait que le président de la Commission qui est là pour vendre la Communauté touche du doigt la réalité», a déclaré le responsable sous-régional.

Quelques jours plus tôt, le Dr Vincent Ngwang Tanya était également au-devant de la scène. Le chef de cabinet du commissaire en charge du département des Infrastructures a présidé à Bangui, la première réunion du Comité technique mixte. Lequel Comité est chargé du suivi des chantiers routiers en Centrafrique. Il en ressort selon un communiqué publié ce 22 juillet 2022, que «le rapport d’étude produit par le Cabinet Studi Internationnal, sur l’aménagement et le bitumage de la route Bossambele-Baoro a été jugé conforme aux Termes de références (TDR)».

Cependant, «le CTM, après avoir donné son quitus, l’a conditionné à la prise en compte d’un certain nombre de recommandations. Notamment des garanties quant à la capacité technique et matérielle du laboratoire national identifié pour mener les études géotechniques, et des ajustements à apporter sur l’étude de l’impact économique et social qui est l’une des exigences majeures des bailleurs de fonds, en vue de l’obtention des financements».

S’agissant par contre du «rapport sur l’étude relative au tronçon Mbaiki-Boda-Yaloké, le Comité a ajourné sa validation, tout en recommandant au Cabinet AIC PORGETI, en charge de l’étude, d’y apporter quelques réajustements techniques», apprend-on. Des sources indiquent par ailleurs que des travaux de même nature ont eu lieu au Tchad. Avec à la clé la visite du Port sec de N’Gueli à Ndjamena.

 

TAA

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *