Finalisation du projet Central African backbone: aucun effort ne sera ménagé

Cette assurance est de la ministre des Postes et Télécommunications du Cameroun, Minette Libom Li Likeng. Les responsables du projet s’expriment sur la question de la finalisation du Central African Backbone.

« Nous nous réjouissons d’un niveau d’avancement des travaux »

Mme Minette Libom Li Likeng, ministre des Postes et Télécommunications du Cameroun

«La signature de ce Mémorandum d’Entente, survient après des accords similaires signés entre notre pays, et le Congo, le Gabon, et le Tchad. Elle traduit la ferme volonté des Chefs d’État de la sous-région Afrique Centrale, à impulser les dynamiques de renforcement de l’intégration sous-régionale, en droite ligne de leur engagement réaffirmé lors du Sommet extraordinaire tenu le 22 novembre 2019 à Yaoundé. Dans cette perspective, les équipes techniques du Cameroun et de la RCA sont d’ores et déjà à pied d’œuvre. Et nous nous réjouissons d’un niveau d’avancement des travaux, plutôt rassurant à ce stade. Nous sommes conscients que nous devons en accélérer la cadence et le rythme. Aussi avons-nous instruit nos collaborateurs à ne ménager aucun effort à cet effet. La signature de ce Mémorandum d’Entente, survient après des accords similaires signés entre notre pays, et le Congo, le Gabon, et le Tchad. Elle traduit la ferme volonté des Chefs d’État de la sous-région Afrique Centrale, à impulser les dynamiques de renforcement de l’intégration sous-régionale, en droite ligne de leur engagement réaffirmé lors du Sommet extraordinaire tenu le 22 novembre 2019 à Yaoundé. Dans cette perspective, les équipes techniques du Cameroun et de la RCA sont d’ores et déjà à pied d’œuvre. Et nous nous réjouissons d’un niveau d’avancement des travaux, plutôt rassurant à ce stade. Nous sommes conscients que nous devons en accélérer la cadence et le rythme. Aussi avons-nous instruit nos collaborateurs de ne ménager aucun effort à cet effet»

 

«Le Cameroun reste le leader et le meilleur exemple» 

Justin Gourna Zacko,  ministre de l’Économie numérique, des Postes et Télécommunications de la RCA

«La République centrafricaine, pays enclavé au cœur du continent, profitera de sa situation géographique pour en faire une opportunité d’investissements dans le domaine des communications électroniques et d’être un hub naturel pour la sous-région et du Continent Africain. Grâce aux efforts considérables réalisés dans ce domaine, le Cameroun reste le leader et le meilleur exemple pour le développement du secteur des communications électroniques pour la sous-région. Bientôt, des conventions spécifiques seront signées entre le Gouvernement du Cameroun à travers Camtel et le Gouvernement de la RCA à travers la Société gestionnaire de l’infrastructure. J’ose espérer qu’avant la date de clôture de nos deux projets CAB prévue respectivement le 30 juin 2022 pour le Cameroun et le 31 décembre 2022 pour la RCA, nous aurons tiré profit de cette noble coopération».

 

«Nous avons bonne foi que pour cette année 2022, les choses vont s’améliorer»

Michel Ngakala, coordonnateur national du projet CAB-Congo

 «L’exécution du projet a connu plusieurs difficultés pratiquement liées à la crise de Covid-19, ce qui a causé du retard sur la livraison du matériel, dans le retour de certaines consultations… Aujourd’hui, notre taux de décaissement est plus faible que prévu, mais nous avons bonne foi que pour cette année 2022, les choses vont s’améliorer pour qu’il n’y ait plus de blocage dans le déroulement du projet. Nous sommes sûrs de finaliser tout ce que nous avons déjà commencé. Les travaux de réseau de fibre optique entre le Congo et le Cameroun sont achevés depuis juin 2021 et d’ici peu, nous allons pouvoir faire la réception de l’ouvrage construit par nos partenaires. Pour ce qui est du contrat de la construction du Datacenter national, il n’a pas encore été signé. Selon l’étude faite,  la construction de cette infrastructure devait se faire en une année mais avec le retard accumulé, nous allons certainement demander une prorogation pour finaliser la construction dudit Datacenter».

Autres articles du dossier

Projet Central African Backbone: d’entrée, il faut comprendre !

Central African Backbone: les retombées attendues

15 ans après, état des lieux du projet Central African Backbone

Central African Backbone: le défi de la finalisation

Propos sélectionnés par JRMA

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *