Sosucam : l’usine de Mbandjock temporairement hors service

La situation qui coure depuis le 22 avril est liée à des difficultés d’approvisionnement en carburant.

 «Depuis hier [21 avril], notre fournisseur de carburant ne parvient plus à honorer les livraisons journalières de carburant nécessaire pour notre exploitation», a révélé le directeur général adjoint, Emmanuel Castells, dans un communiqué rendu publique le 22 avril dernier. La situation a contraint la Société sucrière du Cameroun (Sosucam) à fermer temporairement les portes de son usine à Mbandjock. « Cette mesure conservatoire sera levée dès la reconstitution d’un stock et la reprise régulière des livraisons par le fournisseur », indique le communiqué.

L’usine de Mbandjock produisait jusqu’ici 300 tonnes de sucre par jour. Ce qui, cumulé à la production de l’unité de Nkoteng, permettait au Cameroun d’atteindre des stocks journaliers de 800 tonnes. Toutes choses qui pourraient conduire à une pénurie de sucre dans les prochaines semaines.

Courant 2021, la Sosucam s’est joint à treize entreprises des secteurs de l’agroalimentaire, de la cimenterie, l’immobilier et les services pour demander à Eneo une plus grande fourniture en électricité. Prometal IV, Sky Hotel, SAD Bonapriso, GeoRessource, EverWell, CFAO Retail, Cemtech, Prometal, Novia, Zhenglong, Bocom, SAD Japoma, Cimencam, Mira 1&2 et Sosucam,ont exprimé un besoin à court terme de 340 mega watts.

En attendant l’opérationnalisation des chantiers lancés pour résoudre les déficits d’approvisionnement électrique au Cameroun, L’usine de Mbandjock consomme 25 000 litres de carburant au quotidien. Seulement, le pays est confronté à une pénurie de carburant à un surcroit de la production d’Eneo, la réduction des capacités de la Sonara, de la flambée des prix à l’international et de l’impact de la guerre en Ukraine.

Lire aussi : Cameroun : comprendre la rareté des produits pétroliers

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *