Les Maliens rassurés par leurs Aigles

La victoire 1 but à 0 sur les Aigles de Carthage augure d’une bonne participation à la compétition, selon la communauté malienne de Yaoundé.

Les doutes maliens se sont envolés après la victoire des Aigles

Le Mali a remporté ce 12 janvier 2022 son premier match face à la Tunisie. Le score de la courte victoire est de 1 but à 0. Le but est marqué sur pénalty à la 48ème minute par Ibrahim Koné. La communauté malienne de Yaoundé n’a pas raté un seul instant de la rencontre. Elle s’est positionnée depuis 14 heures devant des écrans dans un restaurant du quartier Tsinga (Yaoundé 2) pour vivre le match en direct du stade omnisports de Limbé. Les commentaires d’avant-match allaient bon train, avec naturellement les faveurs de pronostics pour les Aigles du Mali. «Le Mali va gagner son match d’aujourd’hui, il n’y a pas d’inquiétudes à se faire. On va gagner le match», lâche Diarra Lassiné, supporter malien.

Lorsque la partie est lancée, la concentration devant le petit écran est intense. La première mi-temps s’achève sur un score vierge. En dépit de ce résultat provisoire, les supporters maliens restent optimistes et soudés derrière leur équipe. «On va gagner le match, puisqu’on domine la Tunisie, et le score sera de 1-0. Il est vrai que le match n’est pas aussi facile», fait savoir un autre supporter. La deuxième partie de la rencontre est très alléchante et très disputée.

Les efforts des supporters et des Aigles du Mali sont récompensés. Le but salvateur arrive à la 48ème minute, provoquant un déchainement de joie chez les Maliens de Yaoundé. La partie est cependant loin d’être terminée. Les Aigles de Carthage mettent la pression, suscitant quelques inquiétudes chez les supporter maliens. La pression tunisienne finit par payer. Elle est notamment couronnée par un penalty à la 76ème minute. Dans le face-à-face qui s’en suit, le joueur tunisien Wahbi Khazri sort perdant. Son tir est stoppé par une parade du gardien malien Ibrahim Mounkoro. Un geste salué par des cris et une longue salve d’applaudissements des fans. Ceux-ci accompagnent leur voix de sons des vuvuzelas et des slogans tels que : «Tous derrière les aigles du Mali, on va remporter ce match !!!».

Indignation
En dépit de la victoire déjà acquise, le match est émaillé de quelques dysfonctionnements d’arbitrage. L’on note le carton rouge infligé à El Bilal à la 86 ème minute. Et l’arrêt brusque du match qui a provoqué non seulement la frustration au sein des Aigles de Carthage, mais aussi chez les Aigles du Mali. Ce qui n’émousse pas pour autant la ferveur des fans du mali. «Même à 9 contre 11, on va gagner ce match», s’indigne un autre fan très remonté contre l’arbitrage.

La fin du match donnera raison aux fans et supporters maliens. Ils peuvent alors exulter et exprimer leur satisfaction. «Malgré que l’arbitre du match, Sikazwé, soit passé à côté et malgré un carton rouge bête, on est content, on a joué», dit l’un. «Le Mali a bien joué, je ne comprends pas comment l’arbitre a donné le carton rouge, mais c’est le football. En revanche, on respecte la Tunisie, et le Mali également. Ce n’est pas la première rencontre entre les deux équipes en phase finale ; elles se croisent tout le temps. On souhaite vraiment que cette équipe arrive en finale», avance Adama Samaké.

Un souhait entériné par Sanogo Ahmed. «C’était une très belle rencontre. Nous sommes un peu surpris par la réaction de l’arbitre. Mais nous avons assisté à une très belle rencontre, nous avons vu une belle équipe du Mali qui nous a donné beaucoup d’émotions. Nous comptons sur cette équipe. Nous espérons arriver avec cette équipe jusqu’en finale comme ce fut le cas en 1972 face à la République Démocratique du Congo. On espère remporter la coupe et la présenter à notre Colonel Assimi Goita».

Olivier Mbessité

Ils ont dit

Franck Junior Champion, Côte d’Ivoire

«Je trouve l’organisation de la CAN réussie»

Depuis le début de la compétition, je trouve l’organisation de la CAN réussie. Réussie parce que jusqu’ici, il n’y a pas eu d’évènement majeur négatif. Les matchs se déroulent comme prévus. Je suis parti de Yaoundé pour venir à Douala soutenir notre équipe et pour que nous puissions gagner. Quant à la cérémonie d’ouverture, elle était juste magnifique. La compétition est serré, car aucune équipe ne veut se laisser faire. On veut tous remporter et pour cela, il va falloir saigner pour l’obtenir. J’ai aimé la présentation des différentes aires géographiques, j’ai juste été époustouflé. Je veux que nous puissions gagner et que le match se joue dans la paix.

 

Djarassouba Mamoudou, Côte d’Ivoire

«Nous avons une chance de remporter cette CAN»

Tout a commencé lorsque la Côte d’Ivoire a été qualifiée pour la participation à cette compétition. Je me suis immédiatement dit que nous avons la chance de remporter cette CAN. L’organisation est réussie, chapeau au Cameroun, parce que ce n’est pas une chose facile d’organiser une si grande compétition. Pour le début, de la compétition a très bien démarrée étant donné que l’Algérie qui est dans notre poule a fait match nul contre la Sierra Leone. C’est le seul adversaire que je craignais. Maintenant, la balle est dans le camp des Éléphants.

 

Élisabeth Maghoue, Côte d’Ivoire

«Félicitation au pays organisateur»

Le Pari de l’organisation de la CAN est déjà réussi. Nous sommes déjà plusieurs jours après le début de la compétition et jusqu’ici, elle se passe bien. La cérémonie d’ouverture était juste magnifique. Les quatre aires géographiques du Cameroun ont été fièrement et valablement représentées. Félicitations aux pays organisateur. Que la Côte d’Ivoire remporte cette compétition, c’est mon vœu le plus cher.

 

Johosana Efouba, Guinée Équatoriale

«La CAN est vraiment sucrée»

J’ai vraiment été éblouie par l’ouverture de la CAN, car c’est une première en Afrique centrale de voir une si belle présentation et cela montre une fois de plus à suffisance que le Cameroun est le berceau de l’humanité. Je suis là pour supporter mon équipe, et peu importe la situation, nous les soutiendrons toujours. La compétition a très bien commencé, aucune équipe n’est à négliger, car c’est tout le monde qui veut rentrer chez lui avec le trophée. La CAN est vraiment sucrée.

Rufina Messi, Guinee Équatoriale

«C’est un challenge qu’il faut braver»

C’est un challenge qu’il faut braver. Parce qu’abriter 24 pays d’Afrique n’est pas chose aisée. L’ouverture de la compétition était juste à couper le souffle, en plus, avec mon artiste préféré Fally Ipupa. La compétition s’annonce très difficile parce que j’ai constaté dès les premiers matchs que les équipes d’aujourd’hui ne sont plus celles d’avant. Chacun se bat du mieux qu’il peut pour remporter haut la main la compétition.

Propos recueillis par Diane Kenfack

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *